Une récente étude de l’Ademe confirme l’impact de la transition énergétique dans la création d’emplois locaux. D’ici 2050, jusqu’à 900 000 emplois pourraient ainsi voir le jour sur le territoire français. Explications.

 

Deux régions françaises et deux scénarios positifs

L’Ademe a récemment exposé une étude selon laquelle la transition énergétique favoriserait la création de plusieurs milliers d’emplois sur le plan local et national, si une véritable politique énergétique était menée. Pour appuyer cette idée, l’Ademe s’est intéressée au cas de deux régions françaises précurseurs dans le domaine de la transition énergétique : les Hauts-de-France et l’Occitanie.

 Les Hauts-de-France : une région révolutionnaire

Selon le scénario établi par l’Ademe, la région responsable de la Troisième Révolution Industrielle (TRI), les Hauts-de-France, créerait 213 500 emplois entre 2015 et 2050 dans trois filières de la transition énergétique :

  • Les énergies renouvelables : une large vague d’emplois devrait favoriser ce secteur en particulier, notamment grâce au bois énergie et à la biomasse.
  • La rénovation énergétique : près de 3 000 emplois dans la rénovation énergétique des bâtiments sont prévus d’ici 2050, grâce à une recrudescence de la rénovation des bâtiments existants par rapport à la construction neuve.
  • Transports : l’étude de l’Ademe prévoit une création d’emplois dans le transport collectif de passagers et l’installation de bornes de recharge de véhicules électriques. Ces créations sont, en revanche, contrebalancées par une suppression de postes dans l’entretien des véhicules.

L’Occitanie : une région à fort potentiel de recrutement

Deuxième région test de l’étude de l’Ademe, la région Occitanie fait également bonne figure dans cette projection jusqu’à 2050. En termes d’emplois locaux, la transition énergétique créerait 90 000 emplois supplémentaires par rapport à un scénario sans politique énergétique. Cette tendance ferait ainsi grimper le PIB de la région de plus de 3,9 %. De même, les ménages habitant dans la région pourraient espérer une réduction de leur facture énergétique de 56 %.

 

Transition énergétique : pourquoi un tel impact sur les emplois ?

Si, selon l’étude de l’Ademe, une véritable politique énergétique sur le territoire français permettrait de créer plusieurs centaines de milliers d’emplois, cela est déjà le cas. En 10 ans, plus 300 000 postes ont vu le jour dans le cadre de la transition énergétique, rien que dans les filières transport, bâtiment et énergies renouvelables. L’impact de la transition énergétique sur les emplois n’est donc pas anodin.

Les lois et les réglementations françaises et européennes ont un grand rôle à jouer dans cette tendance, puisqu’elles encouragent les entreprises et les particuliers à se tourner vers la transition énergétique. De fait, la transition énergétique s’inscrit dans une démarche non seulement écologique mais aussi économique. Elle favorise le développement local en misant sur des ressources territoriales, comme les énergies renouvelables. Les emplois qui en découlent sont donc, en toute logique, locaux et non-délocalisables.

Autre facteur influençant les embauches dans certaines filières : les aides publiques. À titre d’exemple, le programme Habiter Mieux de l’Anah a permis de créer 68 000 emplois entre 2011 et 2015.

 

Pour aller plus loin :