L’inertie thermique d’un mur caractérise sa capacité à accumuler ou à restituer rapidement la chaleur ou la fraîcheur vers un local. Plus l’inertie est importante, moins vite la pièce se réchauffera ou se refroidira. C’est donc un élément important à comprendre à l’heure de construire ou de rénover une habitation.

 

L’inertie thermique d’un mur est sa capacité à emmagasiner puis à restituer la chaleur. Plus l’inertie d’un bâtiment est forte, plus il se réchauffe et se refroidit lentement. Par exemple, lorsqu’on chauffe une pièce, les éléments à forte inertie comme les murs en pierre absorbent de la chaleur et la restitue pendant plusieurs heures, même si on coupe le chauffage.

L'inertie thermique d'une maison varie en fonction de la masse des matériaux qui sont à l’intérieur (murs, cloisons, planchers...). Plus ces matériaux sont lourds, plus leur inertie thermique est importante. Faites attention toutefois à ne pas confondre inertie et isolation.
L'isolation permet de limiter les déperditions de chaleur tandis que l'inertie permet d'accumuler de la chaleur.

Chauffage et inertie thermique

Au niveau du chauffage, l'intérêt de l'inertie varie en fonction du type d'occupation du bâtiment. Pour un bâtiment occupé occasionnellement, il n'est pas utile de rechercher une inertie importante. En effet, ce dernier doit pouvoir être réchauffé rapidement et peut se refroidir tout aussi vite en dehors des périodes d'occupation.

Pour un bâtiment régulièrement ou continuellement occupé, comme une habitation ou des immeubles de bureau, une inertie globale importante permet d'éviter un refroidissement nocturne trop rapide, malgré la mise en veille du chauffage la nuit. L'inertie limite également la puissance de relance du chauffage, ainsi que les pertes que cette remise en route entraîne le matin venu. 

L’inertie et son impact sur l’isolation

Pour rénover des murs existants, ne perdez pas l'inertie de vue. Une pièce dont les murs seraient isolés par l'intérieur risque de provoquer un inconfort dû aux réchauffements et aux refroidissements trop rapides qui seraient ressentis dans le local si ses murs perdaient leur inertie. La conservation de l'inertie thermique est un argument complémentaire pour préférer l'isolation des murs existants par l'extérieur.

Si on procède à une isolation par l'extérieur, le mur en pierre va emmagasiner la chaleur intérieure puis la restituer et le froid extérieur va être stoppé par l'isolation. L'inertie thermique des murs sera alors utilisée dans le bon sens, la température intérieure sera stable et confortable. Lors de rénovations, essayez de conserver un caractère massif pour au moins la moitié des parois des pièces rénovées.

Au final, l'inertie thermique est un élément difficilement quantifiable et peu pris en compte à sa juste valeur lors de l'élaboration d'un projet immobilier. Or, vu les épaisseurs croissantes d'isolant à mettre en oeuvre, un choix adéquat pour la composition des différentes parois, notamment en fonction de l'inertie souhaitée, prendra toute son importance dans les années à venir. 

Sur le même thème

Sur le même thème