Thermique ou phonique, l’isolation écologique de votre logement doit répondre à plusieurs conditions pour être efficace. En parallèle à ces critères, adopter de bonnes pratiques au quotidien permet également de mener à bien votre projet de maison écologique. L’énergie tout compris vous en dit plus. 

Calculez vos économies d’énergie

Isolation écologique : quel niveau de performance ? Les bons critères pour une isolation écologique

La première étape d’une isolation écologique consiste à définir le niveau de performance auquel vous pouvez accéder. En effet, toute construction neuve doit respecter la règlementation thermique 2012 (soit une consommation moyenne annuelle de 50kWhep/m²), mais cette RT ne constitue pas le plus haut niveau d’efficacité énergétique possible. En effet, la maison passive entièrement autonome en énergie ou la maison à énergie positive sont encore plus performantes et économes qu’une maison écologique.

> À lire aussi : Qu’est qu’une maison à énergie positive ?

Isolation écologique : les critères à respecter pour les matériaux

Bien que l’on parle d’isolation écologique, les experts estiment qu’aucun isolant n’est écologique à 100 %. Toutefois, certains critères permettent de choisir un isolant répondant à vos attentes en matière de performance, respectueux de l’environnement et s’inscrivant dans une démarche durable. Ainsi, pour être considéré comme un isolant écologique, un matériau doit, dans la mesure du possible : 

  • Être issu de ressources naturelles inépuisables ou renouvelables ;
  • Nécessiter une faible quantité d’énergie pour sa fabrication ;
  • Permettre la constitution d’un stock de carbone ;
  • Afficher une toxicité nulle ;
  • Provenir de l’activité locale ;
  • Être recyclable ;
  • Être durable.

En comparant le bilan environnemental des isolants, il est possible de se faire une idée plus précise des performances écologiques de chacun. De manière générale, si l’équivalent de la quantité d’énergie nécessaire à la fabrication du matériau isolant est économisé dès la première saison de chauffage, on considère que le bénéfice environnemental de l’isolation écologique est positif.

> À lire aussi : Isolants écologiques : comment choisir ?

Isolation écologique et bonnes pratiques au quotidien 

En complément des critères d’isolation écologique propres aux matériaux utilisés, adopter un comportement responsable est aussi l’une des clés pour économiser l’énergie au quotidien. En effet, une maison basse consommation, si elle est mal utilisée, peut se révéler tout aussi énergivore qu’une habitation classique. Ainsi, pour limiter toute surconsommation d’énergie, il est indispensable de garder à l’esprit certaines règles simples, comme se couvrir en hiver ou veiller à réduire l’impact des trajets entre le travail et la maison. Ces comportements sont tout aussi importants que la qualité environnementale du bâtiment.

Le saviez-vous ?

La nature des liants ou des traitements dont le matériau isolant fait l’objet doit également être étudiée pour limiter la toxicité.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème