Plusieurs indicateurs permettent aujourd’hui d’évaluer la performance d’un matériau isolant ou l’isolation d’un bâtiment. L’Énergie Tout Compris vous aide à mieux les comprendre.  

coefficient d'isolation thermique

Si vous avez pour projet de construire ou de rénover un bâtiment, la question de l’isolation se posera nécessairement. En effet, le législateur impose désormais le respect de normes strictes pour tout projet de construction ou de transformation d’une habitation.

Face aux nombreuses solutions d’isolation thermique existantes, comment bien choisir ? Considérant les nombreux indicateurs utilisés par le législateur et les fabricants de matériaux, comment s’y retrouver ? Une meilleure compréhension des valeurs rendant compte de la performance des matériaux utilisés et des habitations dans leur ensemble vous permettra de faire les bons choix.

Quelles sont ces différents coefficients isolation ?

Il n’y a pas, à proprement parler, un seul coefficient isolation. Ce terme renvoie à plusieurs valeurs, exprimées pour rendre compte de l’efficacité du matériau isolant, d’une partie d’un bâtiment ou encore de l’ensemble de la construction.

Les coefficients isolation qui indiquent la performance des matériaux

La Valeur lambda (λ) : la conductivité thermique d’un matériau 

La valeur lambda représente la conductivité thermique d’un matériau donné et ce indépendamment de l’épaisseur de celui-ci. La valeur lambda détermine la quantité de chaleur qu’un isolant thermique  laisse passer en une seconde sur une surface d’un mètre carré et pour une différence de température équivalente à 1 degré entre les deux milieux isolés. Plus sa valeur est faible, plus le matériau est isolant. Cette valeur est essentielle dans la mesure où elle sert de base pour calculer d’autres coefficients isolants.

Valeur R : coefficient isolation important pour accéder aux primes

La valeur R sert à indiquer la résistance thermique d’une couche d’un matériau donné. Il s’agit de sa capacité à ne pas laisser passer la chaleur. Plus la valeur R est élevée, moins la chaleur le traverse, plus le matériau est considéré comme isolant. Pour obtenir la valeur R, exprimée en kelvin par watt (m2K/W), il suffit de diviser l’épaisseur du matériau (exprimée en mètre) par la valeur lambda (le coefficient de transmission thermique). On peut donc doubler la valeur R d’un dispositif isolant en plaçant une couche de matériaux deux fois plus épaisse.

Valeur RC : pour les dispositifs intégrant des couches d’isolants différents

Si vous optez pour un produit présentant plusieurs couches isolantes, il faudra considérer la valeur RC. En faisant la somme de toutes les valeurs R des matériaux intégrant le dispositif, il permet d’indiquer sa résistance thermique globale.

L’obtention de primes pour la réalisation de travaux d’isolation est conditionnée au respect de valeurs R minimales des matériaux.

Les coefficients isolation indiquant le niveau d’isolation de l’habitation

La valeur K  évalue le niveau d’isolation globale de l’habitation

Ce coefficient isolation ne s’attache pas aux performances d’un matériau ou d’un dispositif en particulier mais indique le niveau d’isolation de l’ensemble d’une maison. A travers la valeur K, on va mesurer le niveau de transmission thermique entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment à travers le toit, le plancher, le vitrage et les murs. Plus la valeur K est faible, plus l’habitation est considérée comme bien isolée.

Ce coefficient isolation est important dans la mesure où le législateur, pour une construction neuve par exemple, impose une valeur inférieure ou égale à k45. Une maison passive, par exemple, présente une valeur K qui varie entre k10 et k20.

La Valeur U évalue la déperdition de chaleur d’une partie du bâtiment

Si l’on souhaite évaluer le niveau de déperdition thermique non pas de l’ensemble du bâtiment mais d’une partie de celui-ci, comme le toit, un plancher ou un mur extérieur, on procède au calcul d’un autre coefficient isolation appelé valeur U. Cet indicateur tient compte du type d’isolant et de l’épaisseur du matériau appliqué à une partie du bâtiment.

Bien investir pour éviter les déperditions inutiles de chaleur permet de réaliser des économies sur le long terme tout en veillant à une consommation plus responsable de l’énergie.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème