La première étude mondiale sur les opinions exprimées par les réseaux sociaux au sujet du climat* a été publiée fin 2017. Cette enquête hors du commun, réalisée par la start-up française Bloom, a permis de faire ressortir les craintes et les solutions des internautes pour la préservation de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique. En tout, ce sont plus de 6 millions de contenus, récoltés sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, qui ont permis d’établir cet état des lieux 2.0 sur le climat.

climatreseauxsociaux

Quels sont les hashtags les plus partagés autour du climat ?

Se pencher sur l’opinion des réseaux sociaux sur le climat permet de cerner avec précision les préoccupations des internautes du monde entier. La première étude mondiale réalisée sur ce sujet par la start-up française, Bloom - spécialisée dans l’analyse stratégique des réseaux sociaux – permet de faire ressortir les hashtags (ou mots-dièses) le plus souvent partagés. Un excellent révélateur de ce qui touche les utilisateurs des réseaux.

Les hashtags #ClimateChange et #ActOnClimate – littéralement #ChangementClimatique et #AgirPourLeClimat - sont les deux plus postés et traduisent bien l’opinion des réseaux sociaux sur le climat. Ces slogans, utilisés par les ONG lors des conférences internationales, démontrent qu’en plus du constat des internautes, il y a une réelle volonté de passer à l’action.

Autres hashtags largement repris : #Sustainability (#Durable), #StartUp et #CleanTech (#EcoTechnologie). Les utilisateurs des réseaux sociaux font ainsi passer le message que la préservation de l’environnement passe par l’innovation, les technologies vertes, l’approvisionnement durable. Des leviers que certaines start-up peuvent promouvoir.

 

Quelles sont les problématiques abordées par les internautes ?

Toute zone géographique confondue, les solutions face au changement climatique, les événements météorologiques extrêmes et les accords internationaux sont les thématiques qui font le plus réagir les internautes du monde entier.

De plus, trois moyens de préserver l’environnement reviennent souvent au cœur des discussions :

  • Les énergies renouvelables ;
  • Les villes intelligentes (ou smart cities) : optimiser l’organisation des villes et les différents coûts pour le bien-être des habitants ;
  • La reforestation et la végétalisation, notamment des villes.

Enfin, l’étude fait également ressortir que l’opinion des réseaux sociaux sur le climat englobe des problématiques plus générales. C’est le cas notamment de la condition des femmes. Elles sont, par exemple, souvent mises en avant sur les questions d’éducation ou encore d’accès à l’eau, en Afrique ou en Asie.

Comment l’enquête sur le climat a-t-elle été réalisée ?

Six millions de contenus collectés, en français et en anglais, à travers les cinq continents, sur Facebook, Twitter et sur le web : récolter et synthétiser l’opinion des réseaux sociaux sur le climat demande un travail titanesque. Travail réalisé par Bloom, start-up française d’intelligence artificielle spécialisée dans l’analyse stratégique et qualitative des réseaux sociaux.

Cette technologie « made in France » est d’ailleurs la seule au monde à pouvoir analyser des sujets sociétaux ou d’actualité en se basant sur l’analyse des réseaux. Pour cette étude, les algorithmes mis au point ont pu analyser les arguments avancés, les communautés concernées, et même les émotions associées à ces discussions. Colère, joie, peur, surprise… La technologie Bloom sait reconnaître le sentiment associé. Une intelligence artificielle très performante qui permet un rendu précis et qualitatif.

 

 

* L’étude mondiale a été publiée fin 2017, à l’initiative de l’Ademe, EDF, l’ESA et le CNES.

Pour aller plus loin :

Sur le même thème