Faire le choix d’une chaudière à gaz pour chauffer son habitation, c’est être moins dépendant de l’électricité et profiter d’une chaleur efficace et homogène, même en cas de grand froid. Chaudière gaz à condensation, à basse température, murale ou au sol, comment faire le bon choix selon vos besoins et votre budget ? On vous éclaire dans cet article pratique !

chaudiere au gaz

Les 5 types de chaudière gaz

Alimentée par le gaz naturel (ou gaz de ville) ou par du propane, la chaudière à gaz peut être couplée à des radiateurs ou à un plancher chauffant.

Il existe 5 types de chaudière gaz qui diffèrent par leur technologie, leur niveau de rendement et leur prix :

1.La chaudière à gaz classique

C’est une chaudière à gaz standard qui fonctionne à haute température (60-80°C).

Elle chauffe rapidement un logement mais consomme beaucoup d’énergie. Son rendement est proche des 80%.

2. La chaudière gaz à basse température

Comme son nom l’indique, cette chaudière gaz chauffe l’eau à une température plus basse (50°C) qu’une chaudière classique.

Elle consomme ainsi moins de gaz (10 à 15% d’économies) pour une efficacité de chauffage équivalente à celle d’une chaudière traditionnelle.

Son rendement est en général compris entre 90 et 95%.

3. La chaudière gaz à condensation

Sa technologie consiste à récupérer la vapeur d’eau issue de la combustion du gaz pour préchauffer l’eau de retour des radiateurs arrivant dans la chaudière. La vapeur d’eau, qui a transféré sa chaleur, se condense ensuite et est évacuée via le circuit des eaux usées.

Le préchauffage de l’eau permet de faire de substantielles économies d’énergie (près de 30%) comparé à une chaudière classique. Son rendement peut dépasser les 100%.

4. La chaudière gaz pulsatoire

Sa particularité est qu’elle ne possède pas de brûleur pour la combustion du gaz.

Pourtant, elle produit efficacement du chauffage grâce à un cycle de micro-combustions.

Celles-ci génèrent des gaz qui passent dans des tubes immergés dans le fluide de chauffage.

Comparé à une chaudière gaz standard, la chaudière pulsatoire consomme en moyenne 4 fois moins d’électricité pour son fonctionnement et vous permet de réaliser près de 40% d’économies sur le gaz ! Son rendement dépasse allègrement les 100% !

Par ailleurs, son installation ne requiert pas de tubage du conduit de cheminée. Un simple tube d’évacuation en PVC suffit.

5. La chaudière gaz à micro-cogénération

Encore peu répandue chez les particuliers, cette chaudière est tout à fait originale. Elle permet d’assurer vos besoins en chauffage et eau chaude sanitaire tout en produisant de l’électricité !

La chaudière gaz est raccordée au réseau électrique et l’électricité produite est généralement autoconsommée pour diminuer votre facture et faire face aux pics de demande en hiver.

Attention : La puissance est également un critère de choix pour votre chaudière à gaz. Il est recommandé pour un usage eau chaude + chauffage d'opter pour une puissance comprise entre 18 et 24kW.

Quel est le prix d’une chaudière gaz ?

Pour vous aider à prévoir le budget nécessaire, découvrez notre tableau comparatif des prix selon le type de chaudière :

Type de chaudière

Prix moyen*

Chaudière classique

2 500 €

Chaudière à condensation

3 300 €

Chaudière pulsatoire

4 000 €

Chaudière à basse température

2 300 €

Chaudière à micro-cogénération

à partir de 10 000 €

* Les prix cités au-dessus sont donnés à titre indicatif. Ils représentent une moyenne des tarifs pratiqués par les fabricants.

 

Le coût d’installation d’une chaudière gaz par un chauffagiste s’élève à 1 000 € en moyenne, selon le type de chaudière et la difficulté d’installation.

Les marques de chaudière gaz les plus connues sont : Saunier Duval, Frisquet, De Dietrich, Viessmann et Elm Leblanc.

Quelles sont les aides de l’Etat pour s’équiper à moindre coût ?

Les chaudières gaz à très haute performance énergétique sont éligibles à plusieurs aides, sous certaines conditions (faire appel à un professionnel RGE, respecter certains critères de performance, etc.) :

  • le crédit d’impôt de 30%,
  • l’éco-prêt à taux zéro,
  • la TVA à 5,5%,
  • la prime énergie,
  • les aides de l’Anah,
  • certaines aides locales (rapprochez-vous de l’ANIL).

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème