En 2018 et 2019, le Crédit d’impôt sur la transition énergétique (CITE) évolue. Travaux éligibles, part de vos dépenses prise en compte, conditions d’accès : qu’est ce qui change dans le CITE 2019 et 2018 ? Quand est-il préférable d’effectuer vos travaux de rénovation énergétique pour optimiser vos dépenses ?

Travaux de rénovation énergétique : 2018 ou 2019 ?

Travaux de rénovation énergétique : ce qui a changé au 1er juillet 2018

Le 1er janvier 2018, la rénovation énergétique et les crédits d’impôt accordés avaient déjà connu des modifications par rapport à l’année précédente. Le changement de porte et de volets isolants a totalement disparu du dispositif, tandis que le changement de fenêtres (simple vitrage pour du double vitrage) restait éligible jusqu’au 30 juin 2018. Toutefois, ces travaux donnaient accès à un crédit d’impôt réduit de moitié par rapport à 2017, soit 15 % au lieu de 30 %.

 

Depuis le 1er juillet, ces travaux ne sont officiellement plus pris en compte dans les travaux de rénovation énergétique concernés par le CITE. La raison : les changements de portes, volets et fenêtres représentaient à eux seuls 40 % des crédits d’impôts attribués par l’État. Or, le retour sur investissement généré par ces travaux était considéré comme trop faible en termes de performance énergétique. En effet, en moyenne dans un logement, les déperditions d’énergie se font :

  • à 30 % par les combles ;
  • à 25 % par les cloisons ;
  • à 10 à 15 % « seulement » par les fenêtres et les portes.

Le gouvernement a donc décidé de supprimer le crédit pour ces travaux, afin de privilégier des rénovations plus performantes. Pour les mêmes raisons, l’achat d’une chaudière à fioul à très haute performance ne donne plus droit à une déduction fiscale depuis le 1er juillet.

 

Bon à savoir :

Les travaux effectués avant le 1er juillet ainsi que les dossiers avec devis signé et acompte versé avant cette date butoir restent éligibles au CITE.

Crédit d’impôt 2019 : plus ou moins avantageux ?

En 2019, le crédit d’impôt pour la transition énergétique continue d’évoluer. À compter du 1er janvier, l’avantage fiscal se mue en prime à laquelle les personnes éligibles pourront accéder dès la fin de leurs travaux.

En effet, avec le dispositif actuel, les ménages doivent déclarer leurs travaux dans leur déclaration de revenus annuelle. Le montant des sommes payées doit alors être indiqué pour servir de base au calcul du CITE. Le montant du crédit est alors déduit du prochain impôt sur le revenu.

Dès 2019, le CITE se transforme en prime, versée immédiatement à la fin des travaux et plus un an après comme c’était le cas auparavant. Plus ceux-ci permettront d’économiser de l’énergie, plus la prime sera intéressante pour les ménages. De plus, le calcul de cette prime tiendra compte des revenus des ménages éligibles, afin d’offrir un bonus aux foyers en situation de précarité énergétique. Tout comme le CITE, la prime sera cumulable avec les primes énergie, l’éco-prêt à taux zéro et la TVA réduite.

Pour savoir si la prime 2019 sera plus intéressante que le crédit d’impôt de 2018, deux inconnues restent en suspens : le montant de la prime, et la liste détaillée des travaux éligibles.

 

 

Utilisez notre simulateur pour connaître l’étiquette énergétique de votre logement et adopter les solutions adaptées en matière de chauffage, d’isolation ou de production d’énergie.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème