Surendettement lié à l’achat de gaz ou de fioul, sensation permanente de froid chez soi… Ces signes sont ceux de la précarité énergétique et touchent 7 millions de Français. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement met en place des aides financières, comme MaPrimeRenov, lancée début janvier.

 

« Précarité énergétique ». Ce terme méconnu est né en Grande-Bretagne dans les années 90 et a migré en France au début des années 2000. En 2010, dans le cadre de la loi Grenelle II, une définition officielle est même adoptée :

« Est en situation de précarité énergétique (…) une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat. »

Précarité énergétique

Trois critères pour mesurer cette précarité

S’endetter pour acheter du fioul ou de l’essence pour sa voiture, mettre un bonnet et des gants pour dormir… 7 millions de Français sont confrontés à ces difficultés. Ce chiffre provient de l’Observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE), institution mise en place le 1er  mars 2011 afin de disposer d’une connaissance fiable et partagée du phénomène.

Pour mesurer cette précarité, l’ONPE se base sur trois critères :

 

  1. Le taux d’effort énergétique: tout foyer consacrant plus de 10% de son revenu aux dépenses énergétiques, et appartenant aux trois premiers déciles de revenus (les 30% de Français les plus pauvres), est considéré en situation de précarité énergétique.
  2. L’indicateur bas revenus, dépenses élevées: les ménages dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté et dont les dépenses énergétiques, rapportées à la taille du logement ou à la composition familiale, sont élevées (supérieures à la moyenne nationale) sont aussi déclarés en situation de précarité énergétique.
  3. Le ressenti de l’inconfort : ce critère, plus subjectif, est basé sur la sensation de froid exprimée par les ménages. Selon le dernier bilan de l’ONPE, 1,6 million de Français seraient dans le cas.

 

Un impact sur les finances et la santé

Si la précarité énergétique a des conséquences directes sur les finances, elle a aussi un impact sur la santé au quotidien. Selon une étude menée par la Fondation Abbé Pierre, un logement mal isolé, mal chauffé ou mal ventilé peut entraîner davantage de risques de développer des pathologies chroniques comme des angines, des rhumes, des bronchites, des maux de tête, des sifflements respiratoires… A ces maladies aigües s’ajoutent des problèmes bien plus graves. Les intoxications au monoxyde de carbone entraînées par l’utilisation des chauffages d’appoint, au gaz ou à pétrole, notamment l’hiver, coûtent en effet la vie à des centaines de personnes chaque année.

Le gouvernement français, conscient du phénomène, est bien décidé à endiguer le problème. Il prévoit la rénovation énergétique de 500.000 foyers, dont au moins la moitié est occupée par des ménages aux revenus modestes, et une baisse de 15% de la précarité énergétique d'ici 2020.

Des primes pour lutter contre cette précarité

Pour aider ces ménages en difficulté, les autorités ont mis en place, depuis quelques années, plusieurs aides financières. Le dernier outil déployé par le gouvernement pour favoriser les travaux de rénovation énergétique se nomme MaPrimeRenov.

Cette prime, pour le moment exclusivement destinée aux revenus modestes ou très modestes, veut inciter les ménages à opérer des travaux de rénovation énergétique : remplacement d’une chaudière plus écologique, isolation des murs et de la toiture, remplacement des châssis… Lancée au début de l’année 2020, cette aide financière se veut plus accessible et plus efficace que ses prédécesseurs. Elle remplacera, en outre, les dispositifs précédents : le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique et les aides Anah à la rénovation énergétique. Il s’agit d’une prime unique et forfaitaire dont le montant varie en fonction du type de travaux réalisés dans la maison.

Comment bénéficier de cette prime ?

Total, en tant que partenaire, vous permet d’accéder facilement à cette nouvelle aide à la rénovation énergétique. Le site L’énergie tout compris, avec son simulateur d’aides à la rénovation énergétique, vous permet d’introduire votre demande.

 

Sur le même thème

Sur le même thème