Les aides au projet de rénovation visant l’amélioration des performances énergétiques d’une habitation ne concernent pas uniquement les propriétaires. Les locataires aussi peuvent profiter d’un soutien pour la réalisation de certains travaux.

aides financières pour les locataires

En tant que locataire de votre habitation principale, il vous semblerait opportun de procéder à quelques travaux de rénovation énergétique. Quelques améliorations, comme l’isolation des combles et le remplacement du système de chauffage, permettrait en effet de réduire votre empreinte énergétique et de soulager votre budget. Malheureusement, malgré votre insistance et les aides auxquelles il a droit, votre propriétaire refuse de financer de tels travaux. Le cas n’est pas rare.

Le locataire aussi a accès aux aides à la rénovation énergétique

Dans ce contexte, le locataire peut alors envisager de procéder lui-même au financement de tels travaux. Ce choix, s’il n’est pas évident, peut s’avérer intéressant, principalement dans la situation des locations de longue durée.

Trop peu de locataires le savent, mais les nombreuses aides à la rénovation énergétique leur sont aussi directement accessibles. Pour toutes une série de travaux éligibles, ils peuvent donc bénéficier :

  • Du crédit d’impôt à la transition énergétique, pouvant s’élever à 30% du montant des travaux ;
  • De la Prime Energie - si c'est le propriétaire qui fait la demande pour le compte du locataire ;
  • D’un taux de TVA réduit à 5,5% sur le montant des travaux.

Pourquoi financer des travaux de rénovation énergétique quand on est locataire ?

Souvent, un locataire sera naturellement peu enclin à financer des travaux au sein d’un logement qui finalement ne lui appartient pas. Dans beaucoup de cas de figure cependant, le locataire peut trouver un réel avantage à améliorer lui-même la performance énergétique de son logement.

Rénover en tant que locataire pour réaliser des économiques

C’est principalement l’aspect financier qui doit guider un tel choix. En considérant les aides disponibles et les économies de chauffage qu’elles permettront de réaliser (dans le cas où le locataire paie directement les charges), l’avantage financier peut être réel. Ce sera d’ailleurs souvent le cas dans le contexte d’une location sur une longue durée.

Au-delà des économies d’énergie que ces travaux permettent de réaliser, une rénovation peut aussi considérablement améliorer le confort thermique d’une habitation.

L’autorisation du propriétaire est requise pour réaliser toute rénovation

Il est important de préciser que la réalisation de tels travaux est conditionnée par l’obtention de l’accord du propriétaire.
Dans le cadre de l’obtention d’un crédit d’impôt par le locataire, si le propriétaire était amené à rembourser les travaux dans un délai de cinq ans, le crédit d’impôt devrait être restitué à l’administration fiscale.

Quand propriétaire et locataire contribuent ensemble à la réalisation des travaux

Le propriétaire peut aussi accepter de financer la totalité des travaux en demandant une participation au locataire, dans la mesure où c’est lui qui va profiter des économies d’énergie réalisées. Le Ministère de l’Économie et des Finances prévoit ce cas de figure à travers une clause particulière. Le bailleur, qui engrange directement les aides à la rénovation, peut demander au locataire de reverser une partie des économies de charge pour soutenir la rénovation réalisée. 

S’entendre au préalable sur les conditions de financement des travaux de rénovation

La réalisation de tels travaux permet de réduire les charges mais aussi de revaloriser la valeur du bien. Il est donc préférable que locataire et propriétaire s’entendent préalablement sur les modalités de financement des travaux mais aussi sur la répartition des bénéfices à l’issue des travaux.

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème