Le 1er juillet 2016, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’habitat durable, ont annoncé la prolongation du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), jusqu’en 2017.

Zoom sur ce dispositif qui permet aux ménages s’engageant dans des travaux de rénovation énergétique de réaliser des économies.

Calculez vos économies d’énergie

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique, c’est quoi ?

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique est une réduction d’impôt de 30 % (au 1er janvier 2016) destinée aux particuliers réalisant des travaux visant à réduire la consommation énergétique de leur logement. Ce crédit d’impôt s’applique sur le montant global des travaux.

Quelles sont les conditions pour bénéficier du crédit d’impôt 2017 ?

Pour y prétendre, les foyers doivent :

  • Réaliser des travaux au sein de leur résidence principale ;
  • Réaliser les travaux sur un logement dont la construction a été achevée il y au moins 2 ans ;
  • Faire appel à un professionnel labellisé RGE, Reconnu Garant de l’Environnement, pour leurs travaux ;
  • Effectuer un ou plusieurs travaux figurant sur la liste des travaux éligibles : installation d’une chaudière à condensation, d’un appareil de chauffage au bois ou d’une pompe à chaleur, travaux d’isolation, raccordement à un réseau de chaleur… les travaux éligibles au crédit d’impôt 2017 sont nombreux.

Plafond des dépenses

Le montant des dépenses pris en compte est plafonné à 8 000 € pour une personne célibataire et à 16 000 € pour les couples effectuant une déclaration commune, avec une majoration de 400 € pour chaque personne à charge. Le plafond s’étend sur une période de 5 ans.

Le crédit d’impôt est une aide permettant de réduire l’investissement financier lié aux travaux de rénovation énergétique. Il a l’avantage d’être compatible avec d’autres aides telles que le prêt à taux zéro ou la prime énergie Total Marketing France. N’hésitez pas à vous renseigner avant de commencer vos travaux afin de connaître l’étendue des aides auxquelles vous êtes éligibles et leurs compatibilités.

 

Le saviez-vous ?

  • Tous les justificatifs des travaux (achat de matériaux ou d’équipements) doivent être conservés. L’administration fiscale pourra en effet vous les demander en cas de contrôle.
  • Si le crédit d’impôt est plus important que l’impôt dû, la différence sera remboursée.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème

Sur le même thème