Pour améliorer votre confort de vie au quotidien, des travaux de rénovation énergétique s’imposent. Que vous soyez propriétaire ou locataire, c’est une initiative à ne pas négliger. Il ne s’agit pas de travaux à grande échelle, mais tout simplement d’apporter un coup de neuf aux installations. Très peu de locataires y pensent. Pourtant, c’est une nécessité qui pourrait leur faire réaliser de réelles économies. En France, une aide financière est octroyée pour une rénovation énergétique. Elle est offerte aussi bien au locataire qu’au propriétaire. Sa valeur dépend cependant du type de travaux.

 

Quels types de travaux et pour qui ?

Isolation de la toiture et des murs, remplacement des fenêtres ou encore perfectionnement du système de chauffage... Il existe de nombreux travaux à réaliser dans une maison. La question à poser serait donc : « À qui revient telle ou telle tâche ? » La réponse ci-après.

Les rénovations à la charge du locataire

Lorsqu’il s’agit de logement, seule la loi peut déterminer les obligations et devoirs des propriétaires comme des locataires. Le but est d’améliorer au mieux les relations entre les deux entités. Selon la loi portant sur les rapports locatifs, il est du devoir du locataire de prendre en charge l’ensemble des travaux liés à l’entretien des équipements inclus dans le contrat de bail, les petits aménagements et l’installation énergétique. Plus précisément, le locataire se doit :
  • d’entretenir le système de ventilation, sauf pour les logements collectifs,
  • d’entretenir les chaudières et les conduits de fumée,
  • de prendre soin des radiateurs de chauffage central,
  • d’entretenir la toiture et les murs.
  • Pour la sécurité des habitants, les travaux doivent se faire au moins une fois par an ou bien dès que c’est nécessaire. En revanche, le remplacement des vieux équipements relève du propriétaire.

Les rénovations à la charge du propriétaire

Comme les locataires, les propriétaires ont également certaines obligations concernant le logement qu’ils proposent. En effet, ils sont tenus de remettre au futur résident un lieu en bon état, notamment sans risque et répondant à des critères de performance énergétique. Avant de céder les clés, le bailleur se doit :
  • de remettre en marche les équipements en panne : chaudières, chauffe-eau, installation électrique, ventilation, etc.
  • de procéder au remplacement des fenêtres, des portes et des volets défectueux,
  • d’effectuer des travaux pour l'amélioration de l'isolation thermique des murs et de la toiture,
  • d’apporter des travaux visant à améliorer la performance énergétique du bâtiment afin que celui-ci puisse répondre au confort du locataire.

Bien que la loi ne l’oblige pas à entreprendre des rénovations énergétiques, le propriétaire se doit au minimum d’apporter au locataire un logement décent et sécurisé.

Où trouver le financement pour les travaux ?

Afin de mettre à exécution leur projet de rénovation, certains propriétaires n’hésitent pas à solliciter une modeste contribution de la part de leur locataire. Selon le ministère de l’Économie et des Finances, ils sont en droit de réclamer cette participation. Toutefois, si le locataire n’a pas les moyens de contribuer, il a la possibilité de faire une demande d’aide au service public. L’État met à la disposition des locataires comme des propriétaires, un service d’aide aux travaux de rénovation d’économie d’énergie. Il s’agit du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui s’élève à hauteur de 30 % des dépenses. Mis à part le CITE, il y a également la Prime Énergie, une autre aide que le locataire peut réclamer auprès du gouvernement. Vous pouvez faire une demande de prime sur l’Energietoutcompris :

 

Je fais ma demande de prime

Sur le même thème

Sur le même thème