Élection de Joe Biden : quel impact sur la politique climatique internationale ?

L’élection de Joe Biden marque un nouvel espoir pour celles et ceux qui luttent en faveur de la préservation du climat. Mais quel sera son effet sur la politique internationale ?
La rédaction de l'Energie Tout Compris

Politique climatique internationale

Ce lundi 14 décembre, Joe Biden a été officiellement désigné 46e président des États-Unis par le collègue électoral américain, poussant officiellement Donald Trump vers la sortie.

Cette élection largement commentée constitue un nouvel espoir pour les acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique.

Rallier à nouveau l’Accord de Paris le plus tôt possible

Comme sur de nombreux autres sujets, Joe Biden et Donald Trump ne partagent le même point de vue sur les enjeux climatiques. L’une des premières actions du président élu, qui s’installera à la Maison Blanche le 20 janvier, sera de rallier l’Accord de Paris, que son prédécesseur avait quitté.

Il a même déclaré vouloir le faire dès son entrée en fonction. « Aujourd’hui, le gouvernement Trump a officiellement quitté l’accord de Paris sur le climat, a tweeté le président élu, le 4 novembre. Et dans exactement soixante-dix-sept jours, un gouvernement Biden le rejoindra. » En effet, si Joe Biden en fait la demande auprès de l’ONU le jour de son investiture, le 20 janvier 2021, les États-Unis reviendront trente jours plus tard dans l’Accord de Paris.

Deux visions opposées

Le magnat de l’immobilier américain, 45e président des États-Unis, a toujours critiqué l’Accord de Paris. A plusieurs reprises, Donald Trump a tenu des propos climato-sceptiques, et ce malgré l’existence d’un consensus scientifique sur l’impact avéré des émissions de CO2 par l’homme sur le réchauffement global du climat.

Le 4 novembre dernier, alors qu’ils l’avaient ratifié sous la présidence de Barack Obama, les États-Unis quittaient les Accords de Paris. Avec cette décision, le pays se désolidarisait des 195 autres pays décidés à mettre en œuvre des politiques visant à limiter à moins de 2°C le réchauffement à l’horizon 2100. Durant sa présidence, Donald Trump a détricoté pas moins de 162 réglementations relatives aux enjeux climatiques.

Joe Biden, lui, a fait du climat un enjeu central, au cœur de son programme. La lutte contre le réchauffement climatique est l’une des quatre priorités du président élu, à côté de la gestion de la pandémie, de la reprise économique et du combat contre les inégalités raciales.

Un plan de transition ambitieux et inédit

Deuxième émetteur de gaz à effet de serre après la Chine, le pays est responsable à lui seul de 15% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Son implication dans la lutte contre le réchauffement climatique est déterminante.

Avec Joe Biden, les États-Unis partagent désormais avec l’Union européenne et la Chine la volonté de préserver le climat.

Il entend notamment mettre en œuvre un plan climatique pour mettre fin aux émissions de carbone du pays d'ici à 2050. 2000 milliards de dollars devraient être consacrés à cette cause sur les quatre prochaines années. Il s’agit d’un réel New Deal Vert, qui doit permettre des créations massives d’emplois verts, d’encourager le développement des énergies propres et durables. Il vise aussi une plus grande justice environnementale, avec des mesures soutenant la rénovation énergétique. Le 46e président a annoncé le financement de la rénovation de 4 millions de bâtiments commerciaux et de 2 millions de logements particuliers, notamment au sein des quartiers défavorisés.

Emmener la communauté internationale

Cet engagement inédit des États-Unis est une bonne nouvelle pour le climat. Par sa position, Joe Biden est en capacité d’initier un effet d’entrainement. En montrant l’exemple, il est en capacité d’emmener derrière lui d’autres pays, de favoriser l’émulation entre les pays, de soutenir des ambitions plus élevées en faveur de la transition environnementale. D’autres pays, et notamment d’importants pollueurs, n’ont pas encore rejoint l’Accord de Paris, comme le Brésil ou l’Australie. Or, pour relever le défi, les efforts de chacun sont aujourd’hui indispensables. Joe Biden devrait, dans ce contexte, faire peser tout le poids des États-Unis dans la balance.

Il faudra désormais voir, au-delà des déclarations, comment le nouveau président des États-Unis entend mettre en œuvre cette politique environnementale.

Projet de rénovation ?

Vous avez un projet de rénovation énergétique ? Faites une simulation en ligne avec l'Energie Tout Compris.

Faire une simulation
RGE