Chauffage à énergie renouvelable : une solution d’avenir à développer davantage

Si la part de chaleur d’origine renouvelable est en progression en France, elle n’augmente pas assez vite si l’on veut atteindre la neutralité carbone en 2050. C’est ce qu’affirment les professionnels du secteur, qui ont formulé différentes propositions pour y remédier. Explications.
La rédaction de l'Energie Tout Compris

énergie renouvelables panneaux solaires

La 3e édition de la Semaine de la chaleur renouvelable s’est tenue au Grand Rex, à Paris, les 7 et 8 décembre. À cette occasion, les professionnels du secteur ont dressé le bilan du développement des systèmes de chauffage renouvelables en France, et formulé des propositions pour l’accélérer.

La part de chauffage à énergie renouvelable augmente… mais pas assez

38 %. Tel est l’objectif que s’est fixé la France, pour 2030, en ce qui concerne la part de chaleur produite à partir d’énergies renouvelables. Aujourd’hui, celle-ci n’est que de 23 %, soit seulement 7 points de plus qu’en 2020. Elle a cependant augmenté plus vite cette dernière année : +2 % au lieu de +0,8 % les années précédentes.

C’est bien, mais trop peu selon les professionnels du secteur. Pour Jean-Louis Bal, du Syndicat des énergies renouvelables (SER), ce rythme ne suffira pas à atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement. De plus, pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, il faudrait que la part de chauffage produit à partir d’énergies renouvelables en 2030 soit de 50 %, et non 38.

Bref, le compte n’y est pas, d’autant que la demande en chauffage ne cesse de croître. Et ce dernier est responsable de près de la moitié de la consommation d’énergie en France. Une énergie encore beaucoup trop carbonée.

Les propositions des professionnels pour augmenter la part de chaleur d’origine renouvelable

Pour augmenter la part de chaleur produite à partir d’énergies renouvelables, les professionnels ont formulé différentes propositions le 7 décembre, à l’occasion de la Semaine de la chaleur renouvelable. Parmi elles, figure notamment la volonté de fixer à 50 % la part de la chaleur consommée d’origine renouvelable et de récupération pour 2050. Mais également l’optimisation des incitations financières permettant aux collectivités, entreprises et particuliers de passer au chauffage renouvelable (boost de MaPrimeRénov’, renfort du fonds chaleur de l’Ademe, cumul du fonds chaleur avec les certificats d’économies d’énergie, etc.).

Les avantages des chauffages à énergie renouvelable

Différents types de chauffage utilisent des énergies renouvelables :

  • la chaudière à énergie renouvelable, également appelée chaudière biomasse ;
  • le poêle, idéal quand on ne sait pas quel chauffage d’appoint choisir ;
  • l’insert ;
  • la pompe à chaleur.

Non seulement, ces types de chauffage sont moins polluants, mais ils présentent d’autres avantages. Les appareils fonctionnant aux bûches de bois, aux pellets ou à la biomasse sont alimentés par une ressource peu soumise aux variations de prix (contrairement aux énergies fossiles) et présente partout en France. Ils sont performants et apportent un certain confort à votre logement.

Les aides pour installer un chauffage fonctionnant aux énergies renouvelables

Si les professionnels du secteur prônent un système d’aides encore plus incitatif, vous pouvez d’ores et déjà bénéficier, en tant que particulier, d’un certain nombre de dispositifs permettant de réduire considérablement le coût que représente l’installation d’un système fonctionnant aux énergies renouvelables. C’est le cas de :

  • MaPrimeRénov’ ;
  • l’éco-prêt à taux 0 ;
  • le coup de pouce « chauffage », qui a été maintenu pour les pompes à chaleur ;
  • la prime énergie de Total Energies.

Vous souhaitez changer de système de chauffage ? L’Énergie tout compris vous accompagne !

Simulez

votre prime énergie

Je simule ma prime