Principe de l'isolation des toitures terrasses

Avant de débuter l’isolation d’une toiture terrasse, il convient de connaître les différentes techniques possibles. Il faut avant tout savoir que l’isolation de votre toiture terrasse doit toujours être réalisée par l’extérieur. Il existe deux techniques principales pour la réaliser : l’isolation conventionnelle et l’isolation inversée. Une troisième option est possible si vous optez pour la toiture végétale, à la fois saine et écologique.

Isolation des toitures terrasses : Comment ça marche

Une isolation par l’extérieur de votre toiture terrasse

À la différence de l’isolation des combles, celle des toitures terrasses est systématiquement réalisée par l’extérieur. Un toit de ce type est en effet constitué :

  • d’un élément porteur ;
  • d’un support ;
  • d’un revêtement d’étanchéité ;
  • d’une protection de l’étanchéité.

Ces différents éléments empêchent une intervention par l’intérieur. L’isolation de la toiture doit servir à protéger l’élément porteur (souvent du béton) du soleil et des variations de température. À partir de là, il existe trois solutions pour isoler sa toiture terrasse.

L’isolation conventionnelle de la toiture terrasse

La première méthode, qui est aussi la plus courante, consiste à réaliser ce que l’on appelle une isolation de la toiture chaude. Il s’agit de poser un pare-vapeur sur l’élément porteur du toit. Il empêche la stagnation de la vapeur d’eau entre les parois, et limite les risques de condensation dans la maison. L’isolant, sous forme de panneaux ou de rouleaux, est ensuite placé entre ce pare-vapeur et le revêtement d’étanchéité.

L’isolation inversée de la toiture terrasse

L’isolation inversée consiste, au contraire de l’isolation conventionnelle, à placer l’isolant au-dessus du revêtement d’étanchéité. Les panneaux isolants sont alors posés puis lestés, généralement avec du gravier ou, parfois, avec des dalles sur plots. Cette technique nécessite un matériau hautes performances, puisque l’isolant va être soumis aux conditions extérieures. Inutile de se poser la question du choix de l’isolant dans ce cas de figure puisqu’en France, seul le polystyrène extrudé (ou XPS) est utilisé dans l’isolation inversée. Ce matériau a notamment une capacité de résistance à la compression de 70 tonnes par mètre cube. Cette technique a le vent en poupe car il est possible de se passer d’un pare-vapeur, et elle nécessite donc moins de couches au moment de la pose. De plus, l’isolant étant placé au-dessus du revêtement d’étanchéité, ce dernier est protégé et sa longévité accrue.

La toiture « végétalisée »

Une autre solution, tout à la fois écologique et esthétique, est la toiture végétale. Elle doit toutefois être complétée par une autre isolation ou bien équiper une maison déjà bien isolée par ses combles et ses murs, puisque ses performances thermiques sont moindres. La charpente (ou le béton) reçoit deux couches isolantes intermédiaires, une drainante et une filtrante, avant que ne soit étendu un épais tapis composé de terre et de végétaux enracinés. Plusieurs types de plantations sont possibles, y compris la culture d’arbres fruitiers en bac, mais la toiture végétalisée impose un support particulièrement solide du fait de son poids important. De plus, elle doit être accessible pour son entretien et il faut savoir que cette technique représente un coût généralement plus important que les deux premières solutions exposées.

En savoir plus – Des précautions à prendre pour l’isolation des toitures terrasses

L’isolation des toitures terrasses demande plusieurs précautions. Il est au préalable nécessaire de tester (et éventuellement refaire) le revêtement d’étanchéité. Par ailleurs, la pose d’un matériau ignifuge, c’est-à-dire résistant au feu, peut être fortement recommandée, particulièrement dans le cas d’une isolation inversée. N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel qui saura vous conseiller au mieux pour les travaux à entreprendre.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Créez un compte et commentez cet article