Chaudière gaz basse température : en bref

En diffusant l’eau dans les circuits de chauffage à une température plus basse que dans les chaudières classiques (moins de 50°C contre 90°C généralement), la chaudière gaz basse température vous permet de diminuer de 12 à 15% votre consommation d’énergie. Cette solution est d’autant plus intéressante qu’elle peut se faire sans avoir à changer votre système d’alimentation, puisqu’il suffit de la poser en lieu et place de votre ancienne chaudière. Elle nécessite, tout de même, la présence d’émetteurs de chaleur adaptés pour que son rendement soit optimal, ce qui peut augmenter l'investissement initial.

L’intérêt d’une chaudière gaz basse température : des économies d’énergie

À mi-chemin entre la chaudière classique et la chaudière gaz à condensation, la chaudière gaz basse température est un bon investissement pour réduire votre consommation d’énergie et donc votre facture de gaz. Cet équipement permet de faire des économies sur votre facture de gaz, grâce à son mode de fonctionnement : une chaudière basse température envoie dans les circuits qui alimentent vos radiateurs, ou votre plancher chauffant, une eau moins chaude qu’une chaudière classique. La température de l'eau ne dépasse pas les 50°C lorsqu’elle est diffusée, contre généralement 90°C pour les anciens modèles. Chauffer moins permet d’utiliser moins de gaz comme combustible, et de générer des économies.

Des radiateurs à adapter avec la chaudière gaz basse température

Si vous êtes équipé de radiateurs haute température fonctionnant avec une eau chauffée jusqu’à 90°C, vous pouvez éventuellement les raccorder à votre chaudière gaz basse température. Néanmoins, cette solution n’est guère probante. Pour atteindre la température de consigne désirée, c’est-à-dire la température ambiante que vous désirez, votre chaudière devra fonctionner plus longtemps et plus souvent, ce qui va considérablement réduire les économies que peut vous permettre de réaliser une chaudière gaz basse température. Pour un fonctionnement optimal, elle doit être couplée à des émetteurs de chaleur douce, qu’il s’agisse d’un plancher chauffant ou de radiateurs basse température (généralement plus grands que des radiateurs classiques). Installer de tels équipements apporte une valeur ajoutée à votre logement mais représente un coût supplémentaire. Sachant cela, et en fonction des caractéristiques de votre habitation, notre simulateur d’économies d’énergie peut vous permettre de savoir si cette solution vous est recommandée, ou si d’autres types de travaux seraient plus adaptés.

Des chaudières gaz basse température adaptées à vos besoins

La gamme des chaudières gaz basse température est vaste, qu’elles soient à poser dans votre sous-sol ou murales. Il existe également des modèles compacts qui s’adaptent aux petits logements. Une chaudière gaz basse température peut être à simple ou à double service, c'est-à-dire assurer seulement le chauffage, ou également la production d’eau chaude sanitaire. Les puissances proposées vont également s’adapter à vos habitudes de consommation énergétique comme à la taille de votre logement.

Des aides à l’installation pour les chaudières gaz basse température

Conçues pour durer entre quinze et vingt ans, les chaudières gaz basse température représentent un investissement intéressant, particulièrement dans les petits appartements urbains. En effet ceux-ci ne réclament pas forcément une chaudière à condensation, car elle est rentable que lorsqu’elle doit chauffer d’importants volumes. Pour cette installation, vous devez prendre en compte dans votre budget les aides financières dont vous pouvez bénéficier sous certaines conditions : éco-prêt à taux zéro, subvention de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), etc. Ces aides sont notamment conditionnées par le fait que les travaux soient réalisés par un professionnel. En revanche, il est important de noter que ce type de matériel n’ouvre plus droit à un crédit d’impôt développement durable, ni à la prime énergie.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Créez un compte et commentez cet article