Mardi 7 juin dernier se sont déroulés les Trophées de la transition énergétique. Organisé pour la deuxième année consécutive, l’événement avait pour but de récompenser les projets et les initiatives les plus innovants, sur le plan technologique, environnemental et politique.

Calculez vos économies d’énergie

La transition énergétique, une question internationale

Après une première cérémonie en mai 2015, les trophées de la transition énergétique, organisés par l’Usine Nouvelle, ont fait leur retour en juin 2016. Les prix venaient récompenser les politiques, les technologies et les initiatives les plus innovantes en matière d’énergie. Une cérémonie en phase avec son temps puisque la gestion et les économies d’énergie sont plus que jamais au cœur du débat, dans le monde entier.

En France, la loi pour la transition énergétique, portée par la Ministre de l’environnement Ségolène Royal, vise notamment :

  • Une réduction de la part du nucléaire de 75 à 50 % dans le mix électrique ;
  • Une baisse de 30 % de l’utilisation des énergies fossiles ;
  • Un objectif de 32 % de la part des énergies renouvelables d’ici 2030.

Ces objectifs se sont concrétisés par la création de la Programmation pluriannuelle de l’énergie. Si un plan d’action a été mis en place en avril dernier, la question du nucléaire, en particulier le nombre de réacteurs à fermer, pose problème.

À l’échelle internationale, la transition énergétique a été mise à l’honneur lors de la COP 21 organisée fin 2015 à Paris en présence de 195 pays et de l’Union Européenne. La rencontre s’est conclue par la signature d’un accord en avril à New York, avec l’objectif de contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C d’ici 2100. Mais l’échéance lointaine, l’absence de mise en place d’un prix du carbone et l’absence de décision sur le transport aérien mettent en péril ce but à atteindre.

Des initiatives à concrétiser

Logiquement, l’industrie des renouvelables s’est fortement impliquée dans la COP 21. Mais le monde économique s’est également fendu de nombreuses initiatives permettant de valoriser les énergies renouvelables et d’atteindre les objectifs de la transition énergétique. Entre autres projets, Bill Gates, fondateur de Microsoft a lancé une coopération internationale afin de renforcer la recherche et le développement en matière d’énergies renouvelables. Patrick Pouyanné, PDG de Total, a quant à lui annoncé la mise en place d’une branche consacrée à l’électricité et aux énergies renouvelables.

Les trophées de la transition énergétique ont justement pour objectif de mettre en valeur les projets créés par des start-up ou des grands groupes qui permettront de construire un modèle durable en termes d’énergie.

21 projets ont été nominés parmi 130 candidats. Efficacité énergétique, énergies renouvelables, start-up, digitalisation, technologie, smart grids, transport : sept catégories étaient représentées au total. Le jury présidé par Pascal Canfin, président de WWF France, a désigné les 8 vainqueurs (7 catégories et un prix du jury). Le palmarès est le suivant :

  • Efficacité énergétique : Dalkia, avec sa chaudière biomasse produisant des biocarburants et des huiles alimentaires ;
  • Énergies renouvelables : Nato Ensec CEO et son idée de remplacer les générateurs à essence par des conteneurs fonctionnant grâce aux énergies renouvelables dans l’armée, afin de diminuer les convois logistiques qui mettent en péril la sécurité des soldats en zone de guerre ;
  • Start-up : l’entreprise Echo-Tech Ceram avec la mise en place de céramiques obtenues par recyclage et stockant la chaleur lors de procédés industriels ;
  • Digitalisation : la start-up New Generation SR et sa plateforme Nuvea, permettant d’optimiser l’emplacement des applications sur les serveurs et d’économiser l’énergie ;
  • Technologie : Cornis, une start-up qui a mis le traitement du signal et l’analyse vibratoire au service de l’inspection des pales d’éoliennes, pour réduire les pannes ;
  • Smart grids : le projet Smart ZAE, un microréseau électrique intelligent qui concentre les technologies de production et de stockage de l’énergie pour étudier leur potentiel, mené par SCLE SFE ;
  • Transport : la start-up DriveEco pour ses véhicules électriques fonctionnant avec des batteries solaires.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème