À six mois de l’organisation de la COP 21, une session de négociations a réuni les ambassadeurs des pays participants afin de parvenir à un accord sur le climat. Malgré le bilan mitigé de ces négociations, les acteurs de l’initiative restent optimistes à l’approche de la conférence climat 2015, du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

Cop 21

Après une première étape de négociations à Genève, les délégués de la conférence climat 2015 se sont réunis du 1er au 11 juin à Bonn. Le bilan est plutôt mitigé puisque les discussions ont abouti à un remodelage superficiel du texte de loi, qui reste dense et confus malgré trois relectures ligne par ligne. Ahmed Djoghlaf, l’un des deux co-présidents des débats, à cependant promis « l’avant-projet de paquet » d’ici la fin du mois d’octobre afin d’organiser au mieux la COP 21. Pour cela, les gouvernements ont demandé à leurs représentants de soumettre mi-juillet un texte qui pose les bases de l’accord de Paris et définit les décisions à l’ordre du jour ; l’ensemble est appelé « Paris Package ». Les délégués disposeront ensuite de dix jours de négociations en septembre et octobre pour préciser la teneur des textes présentés lors de la conférence climat 2015

Selon Carole Mathieu, chercheuse au centre énergie de l’Ifri, un pré-accord est toujours possible à condition que les négociateurs passent rapidement du politique au juridique. Si la session de Bonn n’a pas été à la hauteur des attentes, elle a prouvé qu’il existait un véritable soutien au processus de négociations et une confiance sur la conclusion d’un accord final. Déterminés à avancer mais conscients de leurs faiblesses, les délégués ont sollicité un appui extérieur afin de faire progresser les discussions. Si les négociateurs tentent de construire un texte-mosaïque pour satisfaire les volontés de chacun sur des sujets variés, chacun reste fidèle à la trame de fond de la COP 21 : la réduction des émissions de carbone et la transition énergétique. « Les prises de position encourageantes, comme récemment au niveau du G7 ou du dialogue de Petersberg, peinent à se traduire par des formulations consensuelles et concrètes pour l’accord de Paris », nuance Carole Mathieu. Les enjeux de la conférence climat 2015 sont donc nombreux, et l’accord unifiant tous les pays dans un même projet pourrait être plus difficile à générer que prévu.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème