La dalle de béton active, connue sous le nom de CCTC (Concrete Core Temperature Control) dans les pays anglophones et germanophones, fait partie des solutions innovantes permettant de se chauffer de manière plus efficiente. Elle permet de contribuer à réduire la consommation énergétique d’un bâtiment et d’apporter un meilleur confort.

Zoom sur une solution de chauffage encore peu connue en France.

La dalle de béton thermoactive : une innovation pour le chauffage des bâtiments
  • Qu’est-ce qu’une dalle de béton thermoactive ?

Le chauffage par dalle de béton thermoactive repose sur l’utilisation des capacités du béton à stocker la chaleur, mais aussi à restituer la fraîcheur.

Concrètement, il s’agit de faire circuler de l’eau sous pression dans des nappes de tuyaux souples, généralement faites en polyéthylène, ou en composite multicouche. Les nappes de tuyaux sont immobilisées entre deux structures de fer grillagées, avant d’être placées au centre de la plaque de béton coulée.

À la différence de l’installation des planchers chauffants, les dalles de béton actives doivent être mises en place au moment du gros œuvre, c’est-à-dire pendant que la structure du bâtiment est construite. Les bâtiments anciens, ne peuvent donc pas prétendre à ce type de solution.

La mise en place d’un tel dispositif de chauffage nécessite une évaluation technique approfondie en amont. Les dalles de béton thermoactives sont généralement installées en fonction des zones d’un bâtiment, de leur utilisation, de leur orientation, etc.

  • Quels avantages pour le chauffage des batiments ?

Recourir aux dalles de béton thermoactives permet de réduire les coûts liés à la consommation énergétique et donc les coûts d’exploitation d’un bâtiment.

Grâce aux qualités thermiques du béton, le fluide caloporteur est chauffé à une température modérée et peu élevée. Par ailleurs, en cas de chaleur, le béton peut empêcher une élévation trop importante de la température.

  • À quels types de structures s’adresse la dalle de béton thermoactive ?

Les dalles de bétons actives sont encore peu utilisées au sein de logements individuels. Ce dispositif est plus adapté aux bâtiments présentant des volumes importants, notamment dans le secteur tertiaire, le commerce, l’enseignement ou encore dans le secteur administratif.  Il s’adapte donc mieux aux ouvrages possédant un certain volume.

Sur le même thème