L’étude « Les équipements et les comportements des ménages en matière de maîtrise de l’énergie dans leurs logements », publiée en septembre 2014 et réalisée par TNS Sofres pour le compte de l’Ademe, a permis de dresser un état des lieux sans appel des dépenses énergétiques des ménages français : la facture énergétique ne cesse d’augmenter.

Les dépenses énergétiques des ménages encore en hausse

Un contexte socio-économique morose et un coût de l’énergie en augmentation

Parmi les sujets qui préoccupent le plus les ménages français, les thématiques environnementales ne figurent pas en tête de liste. C’est le taux de chômage, conditionné par un contexte socio-économique en demi-teinte qui concentre la majorité de leurs inquiétudes. Ils ont en effet été 70% à y faire référence.

Par ailleurs, la mise en place d’éco-gestes au quotidien comme éteindre les lumières, utiliser des ampoules basse consommation, baisser la température de chauffage ou limiter l’utilisation des radiateurs d’appoint tient davantage de la volonté de réduire les dépenses énergétiques que d’un geste pour préserver l’environnement. Cette attitude s’explique par l’augmentation du coût des énergies, la facture énergétique des ménages français étant passée de 1403 euros en 2012 à 1500 euros en 2013. 

52% d’entre eux estiment d’ailleurs que la part de leur budget consacrée à leurs factures énergétiques est trop importante. 

Les travaux de maîtrise de l’énergie, pas encore assez répandus

L’étude de l’Ademe a permis de mettre en relief le fait que le coût prenait une place de plus en plus importante dans le choix d’une énergie de chauffage. De 31% en 2012, cet indicateur est passé à 33% en 2013, rejoignant ainsi le confort, la facilité d’utilisation et le respect de l’environnement parmi les critères essentiels permettant de choisir une énergie de chauffage.

Pour ce qui est des énergies elles-mêmes, les Français manifestaient en 2013 un certain intérêt pour les solutions alternatives comme le solaire, le bois (58 en 2013 contre 52% en 2012), l’aérothermie et la géothermie en raison de leur faible coût et/ou de leur intérêt environnemental.

Le taux de réalisation de travaux concernant la maîtrise de l’énergie, qui se chiffre à 12% en 2013, est stable. C’est également le cas pour le montant des travaux qui est passé de 4 359 euros en 2012 à 4 335 euros en 2013.

Quels freins à investir dans des travaux d’économies d’énergie ?

Outre les éco-gestes, les travaux d’économies d’énergie constituent le moyen le plus efficace pour réduire ses dépenses énergétiques. Cependant, de nombreux ménages ne semblent pas encore décidés à s’engager sur cette voie. En cause, divers facteurs qui freinent le passage à l’acte. 

La méconnaissance des aides financières

Les Français semblent tout d’abord méconnaître l’éventail d’aides s’offrant à eux pour réaliser leurs travaux. En 2013, ils étaient 25% à mettre en avant un manque d’aides financières qui les empêchait de réaliser des travaux liés aux énergies (contre 19% en 2012). Lors de l’étude, le crédit d’impôt était par exemple connu de 67% de Français, contre 81% en 2010. Pour ce qui est de la récente prime exceptionnelle d’aide à la rénovation thermique de 1 350 euros, elle est connue de 17% des ménages, un chiffre timide mais encourageant pour un début.

Les ménages ne souhaitent pas s’endetter d’avantage

Chez les Français ayant connaissance des aides existantes, d’autres problématiques émergent. Malgré la volonté de réduire leurs dépenses énergétiques, les Français éprouvent une certaine réticence à s’endetter puisqu’ils n’étaient que 17% à avoir eu recours à un crédit pour financer leurs travaux. L’éco-prêt à taux zéro, qui est la principale solution de prêt accessible, voit par exemple son attrait reculer aux yeux des ménages malgré une notoriété en hausse (57% en 2013 contre 37% en 2011). Les demandent sont donc encore peu nombreuses.

Le saviez-vous ? 

L’énergie tout compris vous propose un simulateur qui permet de connaître les travaux qui vous aideront à réduire votre facture énergétique. De même, le site met à votre disposition un simulateur vous permettant d’estimer le montant de la prime délivrée en euros par Total pour vos travaux de rénovation énergétique. Notez que cette aide est cumulable avec d’autres dispositifs tels que le crédit d’impôt pour la transition énergétique, la TVA à taux réduit, la prime exceptionnelle d’aide à la rénovation thermique, certaines aides locales et l’éco-prêt à taux zéro. Toutes ces aides cumulées peuvent réduire considérablement le coût réel de vos travaux. 

                                                              Calculer le montant de ma prime

 

Sur le même thème