Dans les logements individuels, les logements collectifs ou le secteur tertiaire, les énergies de chauffage choisies ne sont pas forcément les mêmes. Les parts de marché de ces énergies de chauffage varient également en fonction des années et de l’impact croissant des énergies renouvelables. Découvrez le détail des énergies utilisées pour le chauffage en France.

Évolution des parts de marché des énergies de chauffage

Parts de marché des énergies dans les logements individuels et collectifs

L’Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) a observé une hausse de 0,2% de la consommation finale des secteurs résidentiel et tertiaire en 2012. La consommation d’énergies renouvelables présente une progression de 4,9% pour la même année ; une hausse notamment due au succès des pompes à chaleur ainsi qu’aux progrès effectués dans les nouveaux modes de chauffage au bois, dans l’habitat individuel, collectif et dans le tertiaire.

Dans le secteur résidentiel, les énergies de chauffage les plus utilisées en 2012 sont le gaz (44%), l’électricité (33,5%) et le fioul (14%). Elles devancent le chauffage urbain (4,2%) et le bois (3,8%). Concernant l’eau chaude sanitaire, l’électricité arrive en tête avec 46,5%, suivie du gaz à 38,4%.

Toujours la même année, le gaz alimentait 54,5% des chaudières en habitat collectif pour 36,6% en maison individuelle. Le fioul était quant à lui utilisé dans 21% des maisons individuelles et 5,6% des logements collectifs. Pour l’eau chaude sanitaire, l’électricité avait une place plus importante en maison individuelle (51,9%) qu’en immeuble collectif (39,3%), tandis que le gaz était utilisé à hauteur de 48,8% en habitat collectif et 30,4% en maison individuelle. L’usage du fioul était également plus important en maison individuelle (13%) qu’en collectif, où il ne représentait que 3,7% de parts de marché des énergies de chauffage.

Les énergies de chauffages varient en fonction de la période de construction des logements.

  • Ainsi, pour les résidences principales bâties avant 1975, le chauffage au gaz concerne 53,8% des foyers, le fioul 27% et l’électricité 10,4%.
  • Pour les résidences construites entre 1975 et 1981, le gaz représente 41,6% des modes de chauffage, le fioul 25,8% et l’électricité 22,5%.
  • 37,3% des résidences construites entre 1982 et 1989 étaient chauffées au gaz, 15,4% au fioul et 42% à l’électricité.
  • De 1990 à 1998, le gaz représentait 43,3% des parts de marché en énergie de chauffage, le fioul 14,7% et l’électricité 36,1%.
  • Après 1999, le gaz remportait 48,8% des suffrages, le fioul 8,3% et l’électricité 36,7%.

Les énergies de chauffage dans le secteur tertiaire

Au total, la superficie chauffée en 2011 dans le tertiaire était de 931 149 000 m2 : 46% de cette surface était chauffé au gaz, 26% à l’électricité et 18% au fioul. 

Selon l’Ademe, l’électricité était en recul de 7% en 2012, au profit du gaz. Toutes les branches du tertiaire, des bureaux aux commerces en passant par les établissements de santé, étaient concernées par ce déclin de l’électricité, même si cette énergie de chauffage reste majoritaire dans les secteurs où elle l’était en 2011.

Sur les 13,4 millions de m2 tertiaires construits en 2012, près de 2,6 millions ont eu recours à une énergie renouvelable, soit 19,5% du parc neuf contre 26% en 2011. 23% des surfaces construites ont été équipées de pompes à chaleur, contre 25% en 2011.

Enfin, concernant les établissements de l’État, qui représentent au total une surface de 16,5 milliers de m2, l’énergie de chauffage la plus usitée était le gaz de réseau en 2009, à 62%, suivi par l’électricité à 13% et le fioul à 8%.

Sur le même thème