Depuis quelques mois, la confusion règne concernant l’augmentation du prix de l’électricité. Initialement prévue pour l’automne puis supprimée, avant d’être rétablie et assortie d’une « facture de rattrapage », qu’en est-il réellement ?

Augmentation du prix de l’électricité : où en est-on ?

Pour comprendre les interrogations qui se posent actuellement concernant l’augmentation du prix de l’électricité, il faut prendre le problème à sa source. Pendant l’été 2013, le gouvernement Ayrault prévoyait une hausse du prix de l’électricité de 5%, au 1er août 2013, 2014 et 2015. Ségolène Royal, nommée ministre de l’Écologie et de l’Énergie en avril dernier, a supprimé cette hausse en juin 2014, afin de préserver le pouvoir d’achat des Français.

Pourtant, Matignon a assuré, après cette décision de la ministre, que l’augmentation du prix de l’électricité était bien maintenue pour août, précisant que cette hausse serait inférieure aux 5% de l’an passé. Une hausse de « rattrapage » sera également appliquée, pour compenser l’augmentation des prix décidée sous le gouvernement Ayrault et jugée insuffisante.

Selon la Commission de Régulation de l’Énergie, le manque à gagner atteint 1,5 milliard d’euros, correspondant à une hausse annuelle d’environ 30€ pour les particuliers et de 45€ pour les professionnels. Il faut donc s’attendre à une double augmentation du prix de l’électricité d’ici la fin de l’année 2014. Celle décidée sous le gouvernement Ayrault en 2013 et maintenue, et celle qui servira à pallier les hausses insuffisantes des années précédentes.

Augmentation du prix de l’électricité : l’incertitude subsiste

Pourtant, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie dément cette information : « La hausse de 5 % est annulée et même si ça ne plait pas à quelques spéculateurs, cette décision est fermement maintenue », annonçait-elle sur Twitter le 4 juillet dernier. Elle ajoute qu’aucune décision n’a encore été prise concernant la hausse de rattrapage ; la ministre serait actuellement en pleine négociation avec EDF pour fixer son montant, comme elle l’affirme dans un second tweet.

L’augmentation du prix de l’électricité est néanmoins inévitable pour s’aligner sur les coûts de production, et devrait intervenir de plus en plus régulièrement. En cause, la hausse de la TVA en janvier 2014 qui s’applique à une partie de la facture des clients EDF, ainsi que la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) qui a augmenté de 3€ et pourrait continuer de grimper dans les mois à venir. À cela s’ajoutent les investissements à venir d’EDF dans l’éolien off-shore et dans le prolongement des centrales nucléaires, deux dépenses massives qui se répercuteront sur la facture des consommateurs.

En dépit de ces éventuelles augmentations du prix de l’électricité, celle-ci reste relativement peu chère par rapport aux tarifs pratiqués dans les autres pays de l’Union Européenne. 

Sur le même thème