Utiliser la chaleur des eaux usées pour réduire notre consommation d’énergie vous paraît impossible ? Pourtant, déjà 51 bâtiments en France se sont dotés d’un système de récupération de la chaleur des eaux usées pour produire de l’eau chaude sanitaire. À Lyon, un tout premier immeuble utilise déjà cette technologie innovante.

Demander un devis gratuit

La chasse au gaspillage

Rejeter les eaux des douches, des lavabos, des éviers, des lave-linge et des lave-vaisselle dans les égouts est un énorme gaspillage. Encore chaudes, ces eaux peuvent être valorisées pour produire de l’eau chaude sanitaire. De ce constat, la société française Biofluides a eu l’idée de développer un « Energy recycling system » (ERS) pour récupérer la chaleur de ces eaux usées. À la fois écologique et économique, ce système permet de réduire la consommation d’énergie des habitants. Dans l’immeuble Le Lux situé dans le quartier de Confluence à Lyon, il couvre 90 % des besoins en eau chaude sanitaire des résidents et divise par quatre l’énergie consommée pour la produire.

Principe de l’unité ERS

D’une température moyenne de 30 °C, la chaleur des eaux usées des 43 logements de l’immeuble Le Lux est récupérée grâce à des échangeurs de chaleur qui alimentent une pompe à chaleur. Une fois la chaleur captée, ces eaux usées sont rejetées dans les égouts à une température d’environ 9 °C. Cette pompe à chaleur produit ensuite de l’eau chaude qui sera stockée dans un ballon avant d’être restituée dans les logements. Ainsi, pour produire un litre d’eau chaude à 55 °C, cela nécessitera deux litres d’eaux usées.

Coût d’une unité ERS

Pour installer ce système de récupération de chaleur des eaux usées au sous-sol de cet immeuble, le promoteur a déboursé quelques 70 000 euros, soit un surplus moyen par logement compris entre 2 000 et 3 000 euros. Ce coût reste pour le moment un frein au déploiement de cette technologie, même si l’investissement s’avère rentable : une réduction notable de la consommation d’énergie, un système autonettoyant et une seule inspection annuelle. Pour l’immeuble Le Lux, une partie des 70 000 euros a été payée par une subvention allouée par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Une solution pour réduire l’empreinte écologique

Ce système met en application le principe d’économie circulaire où tout déchet devient une ressource : il s’autoalimente car les eaux usées sont sans cesse réutilisées. En récupérant les calories des eaux usées, il devient donc possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à la production d’eau chaude sanitaire. De plus, avec l’ERS, c’est 40 % d’économie d’énergie par rapport à un système 100 % gaz et 75 % par rapport à un système 100 % électricité.

 

Le saviez-vous ?

Le fait de récupérer la chaleur des eaux usées est aussi appelé « cloacothermie ». En latin, cloaca signifie égout.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème