Le bâtiment reste un enjeu prioritaire de la transition énergétique. Le discours de Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, à l’occasion de ses vœux à la presse le 21 janvier 2014, s’est articulé autour deux axes. D’une part, elle a établi un bilan chiffré des actions menées en 2013, notamment en matière de précarité énergétique. Dans un second temps, elle a délivré son plan d’action pour l’année 2014.

Rénovation énergétique : un bilan 2013 positif
Rénovation énergétique : bilan et plan d'action

Cécile Duflot a dressé un bilan de l’année 2013 plutôt positif pour la rénovation énergétique des logements. Elle a resitué l’action de son ministère (menée conjointement avec Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, du Développement durable, et de l’Energie), dans le contexte du Plan de rénovation énergétique de l’habitat. Elle dit avoir mené une politique de l’offre « écologiste et sociale ». Ainsi, les objectifs de l’année écoulée ont été atteints avec :

·         31 000 logements financés en 2013 (dont 27 000 depuis l’été) contre 20 000 seulement dans le cadre du programme « Habiter mieux » depuis 2011. Une augmentation qui s’explique par la mise en œuvre du Plan de rénovation énergétique de l’habitat ;

·       39% d’économies d’énergie en moyenne sur les dossiers déposés ;

·         51 000 logements aidés par des financements étatiques dans le parc privé ;

·         117 000 logements sociaux financés, soit une augmentation de 14%, qui s’explique par la baisse du taux de l’éco-prêt logement social à 0,5% à l’automne.

Plan d’action 2014 : des objectifs réaffirmés pour les travaux de rénovation

Sur sa feuille de route de 2014, Cécile Duflot privilégie une politique de l’offre qu’elle qualifie d’ « active » et d’ « exigeante ». Elle accorde une place de choix au projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), adopté par le Sénat en seconde lecture. Cette loi devrait encourager les acteurs du bâtiment à soutenir le gouvernement, dans son objectif de construction et de rénovation de 500 000 logements par an à l’horizon 2017. Objectif réaffirmé donc. Pourtant, il faut noter que nous sommes loin du compte en 2013 : 332 000 logements mis en chantier, soit une baisse de 4,2% par rapport à 2012. La ministre affirme que ces « mises en chantiers devraient repartir à la hausse en 2014 ».

Cécile Duflot est également revenue sur la volonté du gouvernement de créer beaucoup d’emplois dans le secteur du bâtiment, et de favoriser la formation des artisans aux nouveaux équipements et matériaux éco-performants. « Face au défi climatique, la professionnalisation et l'encadrement d'une filière permettent aux métiers du bâtiment de trouver de nouveaux débouchés. » a-t-elle précisé. Cet objectif serait favorisé par la loi Alur, et l’évolution de l’offre devrait favoriser une adaptation des métiers du bâtiment à ces changements. De plus, à compter du 1er juillet 2014, les artisans devront obligatoirement porter la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) afin que leurs clients puissent bénéficier de différentes aides financières et subventions de l’Etat. Il s’agit de l’éco-conditionnalité.

Par ailleurs, la ministre mise sur le développement de la rénovation énergétique dans le parc social, et se montre optimiste. Elle croit en l’impact de la TVA à 5,5% sur ce secteur pour améliorer les résultats déjà bons. Dans le domaine de la réglementation et de la fiscalité, la simplification et l’élaboration de nouvelles normes de construction et de rénovation sont également annoncées. 

Enfin, elle est restée plutôt floue sur le reste de son action pour 2014. On retiendra la mise en œuvre d’un programme de rénovation urbaine de deuxième génération, privilégiant une participation active des habitants locaux. 

Sur le même thème