Dans le cadre du débat sur la transition énergétique, le rapport de l’Ademe « Visions -Énergie Climat 2030/2050 – Quels modes de vie pour demain ? », publié en juin 2014, fait le point sur l’évolution des modes de consommation à l’horizon 2050.

Transition énergétique en France : Ademe - lenergietoutcompris.fr

Transition énergétique en France : des objectifs ambitieux

Selon l’Ademe, à l’horizon 2030-2050, la France devrait être capable de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’année 1990, passant ainsi cette même année de 525 MT CO² eq à 131 MT CO² eq  en 2030. Concernant la consommation d’énergie globale, là encore les objectifs annoncés sont ambitieux puisque l’Ademe envisage de passer de 151 MTEP (Tonne d’équivalent pétrole) en 2010 à 124 en 2030, avant d’atteindre le pallier de 82 MTEP en 2050.

Les moyens déployés pour la transition énergétique

Les objectifs fixés par l’Ademe s’appuient essentiellement sur la poursuite du développement des énergies renouvelables, mais également sur une collaboration entre les instances publiques, les entreprises et les ménages.

La transition énergétique en France passera notamment par la mise en place de politiques publiques volontaristes visant à soutenir l’économie verte, l’amélioration des politiques de recyclage, le développement et la valorisation de l’écoconception.

Concernant le secteur du bâtiment, l’organisme préconise trois solutions :

  • la construction de maisons superposées afin de favoriser les échanges de chaleur ;
  • la poursuite du développement du parc de bâtiments basse consommation (BBC) ;
  • la rénovation énergétique des logements existants.

L’amélioration des transports en commun et l’augmentation du recours aux modes de transports doux, tout en s’appuyant sur les nouvelles technologies, font également partie des moyens qui contribueront à atteindre les objectifs fixés pour la période 2030-2050.

Du côté des ménages, l’Ademe table sur un profond changement des modes de vies d’ici 2050. La transition énergétique en France ne pourra être complète avec la seule mise en place de politiques vertes. Elle implique un changement des mentalités des citoyens, notamment une participation plus active au quotidien avec :

  • la mutualisation des véhicules ;
  • l'utilisation de voitures fonctionnant à l’électricité ou au biogaz ;
  • la réduction des quantités de nourriture gaspillées ;
  • la réalisation de travaux d’économies d’énergie grâce aux aides financières accordées.

Autant de pistes qui permettront aux ménages de faire évoluer leurs habitudes et de participer à la transition énergétique de la France.

Afin que chacun puisse trouver sa place au sein de ce grand projet commun, l’Ademe a identifié 8 catégories de « familles » correspondant chacune à un mode de vie actuel. Du couple sans enfant aux familles nombreuses, en passant par les jeunes retraités ou les ménages vivant à la campagne, tous les usages énergétiques par profil sont décryptés et analysés par l’Ademe. L’organisme propose pour chacun d’eux des scenarios d’évolution à l’horizon 2030-2050, visant à réduire certains postes de dépenses énergétiques.

La transition énergétique et écologique en France : des emplois à la clé

Non seulement la transition énergétique en France permettra d’anticiper la hausse inéluctable des prix des énergies fossiles et de s’acheminer progressivement vers une consommation énergétique plus sobre, mais elle génèrera également des emplois. Selon les estimations de l’Ademe, 330 000 emplois pourraient être créés d’ici 2030 grâce au développement des filières de la rénovation énergétique, thermique et des énergies renouvelables. Ce chiffre pourrait atteindre 690 000 à 875 000 emplois d’ici 2050.

En plus d’être bénéfique d’un point de vue environnemental, la transition énergétique pourra également servir les objectifs de croissance à long terme.  

Sur le même thème