Une île artificielle verra prochainement le jour au cœur de la mer du Nord. Elle aura pour but d’accueillir la production d’électricité destinée à alimenter toute l’Europe, uniquement grâce aux énergies renouvelables. Zoom sur un projet porté par l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark.

production d'énergie renouvelable

Production d’électricité : une île pour combler les besoins européens

Les spécialistes énergétiques des Pays-Bas, du Danemark et de l’Allemagne ont révélé récemment leur projet de créer une île totalement artificielle en mer du Nord. L’objectif est d’assurer la production d’électricité nécessaire pour alimenter toute l’Europe, uniquement grâce aux énergies renouvelables. Ce projet, baptisé North Sea Wind Power Hub émerge dans un contexte où les besoins énergétiques du continent sont croissants, avec la production d’énergie renouvelable comme défi majeur de notre époque.

Exclusivement réservée à la production énergétique, l’île de 6 km2sera localisée sur le grand banc de sable de Dogger Bank d’une surface totale de 17 600 km2, entre le Danemark et la Grande-Bretagne. Sa surface sera entièrement recouverte de panneaux solaires tandis que 7 000 éoliennes offshore seront placées autour de l’île, qui bénéficie d’une exposition idéale aux vents. Un tel dispositif devrait permettre de générer 70 000 à 100 000 mégawatts, l’équivalent de la consommation de 70 à 100 millions de Britanniques, de Danois, d’Allemands, de Belges, de Norvégiens ou de Néerlandais.

La production d’énergie renouvelable, entre rêve et réalité en Europe

La production d’électricité émanant de l’île sera relayée vers les différents pays d’Europe grâce à des câbles sous-marins. À terme, les instigateurs du projet prévoient une réduction du prix de revient de cette énergie, illimitée et plus simple à transporter et à produire que les énergies fossiles ou le nucléaire.

Toutefois, la conception du North Sea Wind Power Hub et les équipements qui y seront installés pour la production d’énergie renouvelable en Europe ont un coût de plusieurs milliards d’euros. Ces dépenses seront supportées par la coopération des trois pays européens. L’objectif est de rendre l’île opérationnelle dès 2035 et d’initier un élan mondial pour l’exploitation des énergies vertes. De nouvelles collaborations pourraient aboutir afin d’accélérer la transition énergétique et d’impliquer d’autres pays, en Europe et au-delà. Pourquoi pas la France ?

 

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème