La précarité énergétique désigne la difficulté qu’ont certains foyers à se chauffer correctement et ce de manière régulière. En cause : des murs mal isolés, un logement inadapté, ou encore des prix de l’énergie trop élevés. En 2014, 11,5 millions de personnes en France seraient confrontées à cette précarité, en milieu rural comme en milieu urbain.

La précarité énergétique, un mal aux nombreux facteurs

Précarité énergétique  20% des Français concernés

Un Français sur cinq, soit plus de 11 millions de personnes, rencontre actuellement des difficultés pour chauffer et éclairer correctement son logement. C’est le bilan qui émane du premier rapport annuel de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), publié en septembre 2014.

Au total, 4 millions de foyers sont concernés par cette précarité énergétique en dépensant plus de 10% de leurs revenus pour subvenir à leurs besoins en énergie. Un chiffre approximatif selon l’ONPE, ne prenant pas en compte les ménages qui consacrent un budget moindre à l’énergie, mais qui s’imposent une auto-restriction menaçant leur bien-être au quotidien.

Si l’on prend en compte le budget consacré à l’énergie ainsi que les revenus du foyer, les comportements énergivores ou économes de chaque habitant et le ressenti du froid (dû à une installation de chauffage inadaptée ou à une mauvaise isolation des cloisons), le nombre de personnes en situation de précarité énergétique s’élèverait à 5,1 millions de foyers, soit 20% de la population.

Le phénomène s’étend aussi bien en milieu urbain, avec par exemple les logements sociaux, qu’en milieu rural, dans les grandes maisons isolées. En 2013, près de la moitié des Français a restreint sa consommation d’énergie par souci d’économie, et 2% d’entre eux affirment avoir subi une coupure ou une restriction d’électricité et/ou de gaz.

Quelles solutions à la précarité énergétique ?

L’ONPE souhaite la création d’un chèque énergie dans le but de fournir aux plus démunis une aide pour le paiement de leurs factures énergétiques. Ce chèque, élargi à toutes les énergies et à tous les types de chauffage, remplacerait les tarifs sociaux, actuellement réservés à l’électricité et au gaz. L’initiative ainsi que son financement viennent d’être votés, le mardi 14 octobre, à l’Assemblée Nationale, dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique. Si le projet aboutit. Le montant du chèque énergie devrait s’élèver en moyenne à 250€.

Selon Bruno Léchevin, président de l’Ademe, l’urgence consiste en effet à venir en aide aux plus démunis pour éviter les impayés et les risques de coupure. La lutte contre la précarité énergétique passe aussi par la rénovation énergétique des logements occupés par des ménages modestes. Une meilleure isolation et des installations performantes entraînent en effet une amélioration de la consommation en énergie, qui se répercute sur la facture. Nous vous invitons ainsi à réaliser gratuitement un diagnostic énergétique, dans le but de découvrir les solutions les plus adaptées à votre logement.

Le déploiement de compteurs électriques ou de gaz serait un autre moyen d’endiguer cette précarité, en affichant la consommation des foyers en temps réel, ainsi que le montant de cette consommation en euros.

L’Anah vous aide à financer vos travaux de rénovation énergétique

              Êtes-vous éligible aux aides publiques ?

 

Sur le même thème