Les obstacles à la mise en œuvre de mesures efficaces
L’Institut Montaigne dans son rapport « Habitat : pour une transition énergétique ambitieuse » pointe quatre principaux obstacles rencontrés par les pouvoirs publics lors de la mise en œuvre de mesures de rénovation énergétique :

1 / La situation hétérogène des consommateurs d’énergie rend difficile la mise en place de politiques ciblées.

2 / Le manque d’information des consommateurs sur la rénovation énergétique.

3/ Le manque de coordination des professionnels de la rénovation énergétique.

4/ Les difficultés de financement de la rénovation énergétique. 

 

La situation hétérogène des consommateurs d’énergie rend difficile la mise en place de politiques efficaces

Les dépenses consacrées par les ménages à l’énergie sont très différentes en fonction de leurs situations. Selon l’enquête de l’INSEE  intitulée «  la précarité énergétique : avoir froid ou dépenser trop pour se chauffer » (2011), les dépenses d’énergies atteignent en moyenne 6 % du budget des ménages mais cette part atteint 10 % en moyenne pour les ménages les plus âgés.

La part relative des dépenses consacrées à l’énergie par les ménages varie fortement en fonction des facteurs suivants :

  • Les revenus
  • L’âge
  • La situation géographique
  • La surface habitable
  • La source d’énergie utilisée pour le chauffage

 

De surcroit, on constate, à des situations équivalentes que les consommations énergétiques peuvent être différentes d’un foyer à l’autre en fonction du comportement de ses occupants. Certains pourront être très précautionneux concernant leurs consommations d’énergie, d’autres,  au contraire, adopteront des comportements peu économes. Il est donc nécessaire d’apporter aux particuliers des conseils sur mesure en fonction de leur situation et de leur consommation.

 

Le manque d’information des consommateurs sur les économies d’énergies

La réalisation par les particuliers de travaux d’économies d’énergie reste encore limitée par un manque d’information. Tout d’abord, les factures énergétiques sont difficilement compréhensibles pour la plupart des consommateurs, et plus important encore, elles ne sont pas accompagnées de solutions pour les réduire. Par ailleurs, même lorsque des solutions de travaux d’économies d’énergie sont connues, les gains sont difficilement  quantifiables par les consommateurs et ce pour deux raisons :

  • Pour une même solution de travaux, les gains en termes d’économies d’énergie varient en fonction des caractéristiques du domicile (surface habitable, forme de la maison, date de construction etc…) où est réalisé le chantier. Pour calculer les gains réalisables à votre domicile, cliquez ici.
  • Ces gains sont étroitement liés au niveau de qualité des travaux réalisés et donc de l’expertise des artisans sollicités.

Le site L’énergie tout compris vise à combler ce manque d’information en regroupant de nombreux contenus concernant les solutions d’économies d’énergie adaptées à tous les budgets.

 

Le manque de formation des professionnels de la rénovation

Les innovations, et les réglementations concernant la rénovation énergétique évoluent rapidement. Il est souvent compliqué pour les petites entreprises de disposer de l’ensemble des informations sur les solutions qu’elles peuvent proposer à leur client. La Commission Européenne souligne dans son « Plan pour l’efficacité énergétique » (mars 2011) qu’il existe un manque de formation au sein des métiers impliqués dans la rénovation énergétique (ingénieurs, artisans, technicien..). Actuellement le nombre de travailleurs qualifiés pour ce secteur en Europe est de  1,1 millions, la commission européenne juge qu’il faudrait porter ce chiffre à 2,5 millions d’ici 2015.

L’énergie tout compris propose aux internautes de réaliser gratuitement des demandes de devis pour leurs travaux de rénovation énergétique auprès d’artisans certifiés qui travaillent près de chez eux.

 

Les difficultés de financement de la rénovation énergétique

D’après l’Institut Montaigne, les factures d’énergies payées par les consommateurs Français ne reflètent pas le coût réel de production de l’énergie en raison de l’instauration par le gouvernement des tarifs règlementés de vente.  

Ces prix, maintenus artificiellement bas (même s’ils ne sont pas perçus comme tels par la population) et ils ont un double effet :

  • Ils incitent peu les consommateurs Français à investir dans des travaux d’économies d’énergies, les bénéfices des travaux de rénovations énergétiques étant d’autant plus important que les prix des énergies sont élevés. 
  • Ils obligent les pouvoirs publics à maintenir un niveau élevé de subventions afin d’inciter les particuliers à réaliser des travaux d’économie d’énergie.  Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre rubrique Aides et financement.

 

Par ailleurs, les propriétaires qui louent leur logement sont d’autant moins incités à investir dans la rénovation énergétique qu’ils ne sont pas les bénéficiaires des économies réalisées.

Sur le même thème