Le coût social du bruit en France risque de faire parler. Un rapport présenté le 14 juin 2016 au Conseil National du Bruit (CNB) estime à… 57 milliards d’euros par an le coût social du bruit en France. Pire, neuf millions de Français seraient exposés à des niveaux critiques pour leur santé.

Calculez vos économies d’énergie

Près de 9 millions de personnes en France fortement exposées au bruit des transports

Les résultats de l’étude menée par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le cabinet EY France sont édifiants : le coût social du bruit induit par les transports s’élève à… 20,6 milliards d’euros par an. Pire, 25 millions de Français sont affectés significativement par le bruit des transports, et près de 9 millions d’entre eux à des niveaux critiques pour leur santé. En effet, 7 millions sont exposés à de forts niveaux sonores provenant du trafic routier, 1 million au bruit du trafic ferroviaire et 500 000 personnes à celui du trafic aérien. Ainsi, près de 13 % de la population française est exposée à des niveaux de pollution sonore bien trop élevés.

Santé, travail, immobilier, scolarité : quel est le coût du bruit en France ?

Le coût social du bruit est élevé. Santé, travail, logements… autant de secteurs touchés par la pollution sonore en France.

Le coût sur la santé

La méthode de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), appliquée aux statistiques des expositions au bruit de la population française pour les différents modes de transport, a ainsi permis d’estimer un coût sur la santé d’environ 11,5 milliards d’euros chaque année : 89 % imputables au trafic routier, 9 % au trafic ferroviaire et 2 % au trafic aérien. Les troubles du sommeil représentent l’impact le plus fort (54 % du coût total sur la santé), devant la gêne (40 %) et les maladies cardiovasculaires (6 %).

Le coût sur le travail

Avec un coût de 19,2 milliards d’euros par an, l’exposition au bruit en milieu professionnel est aussi un problème dénoncé par près de 58% des Français. Les conséquences vont de la surdité professionnelle (en 2014, 822 personnes sont devenues sourdes à cause de leurs conditions de travail), à l’accident du travail, sans oublier la perte de productivité qui est à l’origine du coût le plus élevé, à savoir 18 milliards d’euros par an.

Le coût sur l’immobilier

e rapport met également en lumière le fait que les logements exposés au bruit perdent de leur valeur car ils sont moins attractifs. Ainsi, la perte de valeur immobilière induite par le bruit des transports a permis « d'avancer une estimation grossière de près de 7,1 milliards d'euros de décote annuelle sur le parc immobilier résidentiel en France. »

Le coût sur la scolarité

Enfin, dernier poste chiffré dans l’étude, les troubles d’apprentissage et les décrochages scolaires attribuables au bruit, coûtent la bagatelle de 6,3 milliards d’euros par an. À noter que « la simple évaluation monétaire ne rend pas compte des conséquences du bruit sur les inégalités sociales. »

 

Le saviez-vous ?

Le coût social du bruit s’élevant à plus de 57 milliards d’euros par an pourrait être comparé au budget de l’Education Nationale qui s’élève, lui, à 65 milliards d’euros chaque année.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème