En Chine, l’épais nuage de pollution qui enveloppe le pays depuis le mois de décembre a engendré des conséquences désastreuses au niveau économique, sanitaire et social. Une situation dangereuse qui a obligé le pays à repenser son mix énergétique et à investir massivement dans les énergies renouvelables. Explications.

chine_energies_renouvelables

Ce que prévoit le nouveau plan quinquennal de l’énergie

Des hôpitaux surchargés, 1/10e du pays en alerte rouge, plus de 1 200 usines provisoirement fermées : la Chine suffoque dans un épais nuage de particules fines qui ralentit l’économie du pays et menace l’état de santé de ses habitants. Devant la situation d’urgence, le gouvernement chinois a décidé de mettre le cap sur les énergies renouvelables et a dévoilé jeudi 5 janvier 2017 son nouveau plan quinquennal de l’énergie.

Ce plan prévoit notamment de :

  • réduire la part de charbon dans le mix énergétique (actuellement 64 %) ;
  • consacrer 344 milliards d’euros (2 500 milliards de yuans) à l’électricité issue du renouvelable d’ici 2020.

Ces investissements devraient permettre de créer 13 millions d’emplois dans le secteur et de couvrir les deux tiers de la croissance de la consommation d’énergie.

> À lire aussi : COP 21 : la Chine s’engage

Des investissements colossaux à domicile et à l’étranger

À l’heure actuelle, la Chine figure en haut du podium des investissements dans les énergies renouvelables. En 2015 déjà, le PNUE (Programme des nations unies pour l’environnement) évaluait les investissements du pays dans les énergies vertes à hauteur de 100 milliards d’euros, soit 17 % des investissements mondiaux. En décembre dernier, le gouvernement chinois annonçait 300 milliards d’euros dans le solaire, l’éolien, l’hydraulique et la géothermie.

> À lire aussi : En quoi consistent les politiques publiques de rénovation énergétique ?

Devant l’énorme potentiel commercial des énergies renouvelables, la Chine ne compte pas se limiter aux investissements domestiques et prévoit de s’étendre à l’international afin de confirmer sa place de leader dans le secteur des énergies vertes. En 2016, le pays avait investi plus de 30 milliards d’euros à l’étranger, soit 60 % de plus qu’en 2015.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème