La ville de Paris a présenté un plan stratégique présentant les actions et investissements en faveur du génie climatique. La capitale affirme par cette occasion sa volonté de s’engager davantage dans la transition énergétique. Quelles sont les principales mesures mises en place et à venir ?  

Calculez vos économies d’énergie

Le plan présenté par la ville de Paris prévoit l’amélioration du génie climatique à travers plusieurs axes.

Génie climatique : Paris affiche sa volonté
  • Réduction de l’utilisation du fioul domestique

La ville de Paris prévoit l’arrêt de l’utilisation du fioul comme énergie de chauffage dans ses locaux techniques d’ici 2018.

  • Rénovation des chaufferies

Un budget de 65 millions d’euros sera dévolu à la modernisation de 2 000 chaufferies municipales. Ce projet devrait s’étaler jusqu’en 2020 et prévoit d’abord la rénovation des 300 chaufferies les plus énergivores. Des énergies renouvelables et de récupération seront employées dès que cela sera possible.

  • Récupération de la chaleur

Des travaux destinés à optimiser la récupération de la chaleur dans la capitale ont débuté sur une quinzaine de sites, notamment dans des piscines. Dans certaines piscines, c’est la chaleur de serveurs informatiques installés en sous-sols qui servira à réchauffer l’eau des bassins. L’Hôtel de ville souhaite couvrir les besoins en chaleur à hauteur de 100 mégawatts par an dès 2016. De manière plus générale, les piscines municipales verront leurs installations de génie climatique améliorées.

On notera que la chaleur produite par un « data center » devrait également servir au chauffage de serres situées dans la ville.

La ville de Paris a indiqué que 30 % des besoins en chaleur devraient être couverts dès 2015 grâce à la récupération.

  • Un meilleur usage des eaux usées du réseau

170 dispositifs de récupération des eaux grises ont été identifiés.

Les eaux de retour du réseau de chauffage urbain parisien, les eaux usées, ainsi que les circuits de refroidissement des groupes froids seront mis à profit pour chauffer l’Hôtel de Ville.

La dissipation dans le réseau d’eau non potable sera par ailleurs optimisée pour permettre la production d’eau glacée destinée au rafraîchissement des bureaux de la mairie. En matière de production de froid, 44 % de la consommation électrique devait être réduite dès 2015. 

  • Géothermie

Une centaine de sites parisiens favorables à la géothermie a été identifiée. La capitale prévoit par ailleurs l’installation de plusieurs pieux de géothermie qui seront couplés à une pompe à chaleur (PAC) pour les fondations d’immeubles de bureaux.

  • Rénovation énergétique

À l’horizon 2020, 200 nouvelles écoles devraient faire l’objet de travaux de rénovation énergétique. Les travaux porteront essentiellement sur les modes de chauffages.

À travers les différentes actions prévues et celles déjà mises en œuvre, la ville de Paris réaffirme sa volonté de faire un pas supplémentaire vers l’amélioration du génie climatique. Ces engagements s’inscrivent par la même occasion dans la politique de transition énergétique de la France.

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème