Alors que l’Allemagne ou la Suisse cessent petit à petit l’utilisation de l’énergie nucléaire, qu’en est-il de la France ? Quels sont les défis qui attendent le gouvernement en matière de production nucléaire pour les cinq prochaines années ? L’énergie tout compris fait le point.

L’énergie nucléaire

Quelle réduction de la part de l’énergie nucléaire ?

Lors de son quinquennat, François Hollande avait fixé comme objectif de baisser de 25 % la part du nucléaire pour la production électrique du pays d’ici 2025. L’annonce faite, de nombreuses voix avaient pointé l’irréalisme du projet. Quel est le projet du nouveau Président de la République aujourd’hui ?

Réduction du nucléaire : quel objectif pour le futur ?

L’objectif de passer de 75 % à 50 % de nucléaire est maintenu tout en n’étant pas obligatoire pour 2025. En effet, le ministre de la Transition Écologique, Nicolas Hulot, a indiqué que s’il doit y avoir des fermetures de réacteurs, celles-ci ne peuvent être effectuées que « sur la base de critères sociaux et de sécurité ».*

Quelles actions concrètes ?

Pour réussir à diminuer la part de l’énergie nucléaire dans le paysage énergétique français, la Cour des comptes a chiffré le nombre de réacteurs qui devraient fermer. Sur les 58 en activité actuellement, 17 à 20 réacteurs devraient s’arrêter pour atteindre la production de 50 % d’énergie nucléaire d’ici 2025. Une échéance qui semble difficile à tenir au vu des process de sortie du nucléaire vécus par l’Allemagne ou les autres pays voisins.

 

Les obstacles face à la réduction du nucléaire

Le nucléaire est la 3e filière industrielle de France et compte près de 220 000 emplois. Véritable acteur du paysage énergétique, il va permettre de recruter 8 000 professionnels chaque année d’ici 2020. Si la France doit sortir du nucléaire petit à petit, c’est tout une reconversion industrielle et professionnelle du secteur qui doit être pensée.

Autre frein pour la réduction du nucléaire : les importants délais nécessaires à la réalisation d’enquêtes d’utilité publique préalables à la réalisation de projet. Dans le cas présent, les projets concernent la création de parc éolien ou solaire par exemple. S’ils ne sont pas développés, ces parcs ne peuvent pas à terme fournir l’électricité devant remplacer celle produite par le nucléaire.

 

Rappel : les chiffres de la production du nucléaire en 2016

En 2016, aucun calendrier n’a été défini pour défaire petit à petit la France de l’énergie nucléaire. Alors que cette année, près de 20 % de la consommation d’électricité des Français ** était couverte par les énergies renouvelables, le nucléaire était toujours d’actualité. Fait marquant : la production issue de la fission a baissé de 8 % par rapport à 2015. La raison ? La demande de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) de réaliser le contrôle de plusieurs centrales nucléaires, les réduisant ainsi à l’arrêt.

 

Sources :

* http://www.slate.fr/story/146355/hulot-hollande-nucleaire

** http://www.rte-france.com/sites/default/files/2016_bilan_electrique_synt...

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème