Lors d’un communiqué de presse paru le 4 avril 2016, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a annoncé le lancement du 3e appel d’offres pour l’implantation d’un parc éolien en mer en face de Dunkerque.

Calculez vos économies d’énergie

Augmenter la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité

Depuis l’adoption de la loi de transition énergétique pour la croissance verte le 17 août 2015, la France nourrit de grandes ambitions pour accroître la part des énergies renouvelables (EnR) dans la production nationale d’électricité, soit 40 % d’ici 2030. De plus, elle veut participer activement à la mise en œuvre de l’accord de Paris adopté le 12 décembre 2015 lors de la COP21 : cet engagement vise à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2 °C d’ici 2100. L’énergie éolienne est l’une des énergies sélectionnées par le gouvernement pour participer à cet effort.

Un nouveau projet de parcs éoliens au large de Dunkerque

Depuis 2014, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer procède à l’identification des zones à fort potentiel pour l’implantation de parcs éoliens en mer tout en organisant des concertations locales. Ainsi, sur quelque 5 800 kilomètres de façades maritimes en France métropolitaine, la nouvelle zone favorable retenue pour le déploiement de l’énergie éolienne en mer se situe au large de Dunkerque. Elle viendra renforcer les deux précédents appels d’offres.

En effet, suite à celui de 2011, quatre zones ont été attribuées au large des communes de Fécamp, de Courseulles-sur-Mer, de Saint-Brieuc et de Saint-Nazaire pour une capacité de près de 2 000 MW (mégawatts). En 2013, le deuxième appel d’offres représentant 1 000 MW a retenu deux zones situées au large du Tréport et des îles d’Yeu et de Noirmoutier. Ces deux appels d’offres devraient être opérationnels d’ici 2018.

L’énergie éolienne, un enjeu pour la France

Renouvelable et inépuisable, l’énergie éolienne en mer représente un véritable défi pour la France. En effet, une éolienne off-shore produit 75 % d’énergie en plus qu’une éolienne terrestre car les vents en mer sont plus forts et plus réguliers. Cette ressource représente aussi une opportunité très intéressante pour développer les activités portuaires et les chantiers navals : près de 10 000 emplois devraient être créés dans ce secteur. Enfin, la France entend devenir le leader technologique et industriel mondial sur ce marché. Aujourd’hui, 5 400 kW d’énergie éolienne sont installés dans le monde : l’objectif de la France est d’en installer 6 000 sur son territoire.

 

Le saviez-vous ?

La première éolienne de France pour produire de l’électricité a été installée en 1991 dans l’Aude.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème