Une récente conférence de la Commission européenne à Bruxelles, portant sur la place du chauffage et de la climatisation dans la transition énergétique en Europe, a réuni plusieurs acteurs impliqués dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. L’occasion de faire le point sur la situation actuelle et d’évoquer quelques pistes pour les années à venir.

Efficacité énergétique et énergies renouvelables : la Commission européenne fait le point

La Commission européenne a fait part de sa volonté de voir augmenter les aides accordées par l’Union européenne concernant l’efficacité énergétique. Cela passe par l’implémentation d’une nouvelle stratégie et d’un nouveau « train de mesures » en faveur des énergies renouvelables. Le président de la Commission, Jean-Claude Junker, a indiqué que l’Europe devait être de plus en plus « durable et renouvelable » ; des propos qui complètent ceux de Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission en charge de l’énergie, qui a émis le souhait d’aboutir à une « seule grande Union de l’énergie ». Selon le vice-président, cette unité serait un excellent moyen d’envoyer des signaux positifs aux investisseurs, qui ont un rôle essentiel dans la création d’emplois et de croissance. Pour Miguel Arias Cañete, commissaire européen pour l’action en matière de climat et d’énergie, l’accent doit être mis sur les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables.

La conférence organisée par la Commission Européenne a permis à de nombreux acteurs de s’exprimer sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, des problématiques au cœur des politiques gouvernementales européennes actuelles. Thomas Nowak, secrétaire général de l’association européenne de la PAC EHPA, a évoqué des pistes concernant le développement du chauffage renouvelable, notamment la combinaison de grosses pompes à chaleur au chauffage urbain, dans les zones présentant des fortes densités de population.  

Pour l’association Cogen, il est impératif de faire en sorte que les politiques européennes ne se traduisent pas par la création de nouvelles couches législatives : les politiques relatives au chauffage et à la climatisation doivent être liées entre elles. Il doit y avoir une cohérence entre les mesures élaborées pour les années à venir et l’existant.  

Le président de l’association European Heating Industry, Ulrich Schmidt, a quant à lui indiqué la nécessité pour l’Europe de se concentrer sur le remplacement des anciens équipements de chauffage. En ligne de mire, les 80 millions de chaudières à gaz et à fioul surannées, trop gourmandes en énergie et qui grèvent souvent la facture énergétique de nombreux ménages. Des solutions modernes comme les chaudières fioul ou gaz à condensation, les pompes à chaleur ou encore les équipements de chauffage au bois labellisés Flamme Verte sont préconisés.

Toujours du côté des équipements, l’association EPEE, représentant les fabricants de matériel de chauffage, de climatisation et de réfrigération, a évoqué la problématique des contrôles. Ces derniers doivent, selon l’organisation, évoluer de manière à mieux répondre aux normes mises en place en Europe.

On notera également les propos de Frédéric Hug, président de l’association européenne Euroheat & Power, pour qui il est important de faire des choix réfléchis en matière de chauffage renouvelable et de refroidissement.

La transition énergétique constitue une étape charnière pour l’avenir de l’Europe. L’objectif à terme est de réduire la consommation énergétique globale des pays, de donner accès à une énergie plus durable et moins chère, et de réduire les émissions de dioxyde de carbone. L’amélioration de l’efficacité énergétique européenne et le développement des énergies renouvelables passent par l’implication de tous les acteurs concernés, des fournisseurs d’énergies aux associations, en passant par les fabricants de matériel et d’équipements et les particuliers.

Pour aller plus loin :

Calculez vos économies d’énergie

Sur le même thème