Entre le 30 novembre et le 11 décembre 2015 s’est déroulé en France la COP 21 pour lutter contre le réchauffement climatique. L’un des enjeux était d’obliger les plus grands pollueurs à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Ils sont en effet responsables des dégradations environnementales liés à l’augmentation des températures. Ces pays contractent donc une dette climatique ou écologique à l’égard des autres pays qui en subissent les conséquences. Dès lors, est-ce que les pays responsables doivent payer cette dette ?

Calculez vos économies d’énergie

La dette climatique en quelques mots
Dette climatique : les pays responsables doivent-ils payer ?

Apparu dans les années 1990, le concept de dette climatique, ou écologique, revêt plusieurs sens :

  • la dette écologique spatiale : les pays riches contractent une dette à l’égard des pays pauvres car ils se seraient développés aux dépens des pays en développement ;
  • la dette écologique temporelle : les générations passées se sont endettées envers les générations présentes à cause d’une mauvaise gestion des ressources naturelles. Elle permet de définir les atteintes aux milieux naturels de l’activité humaine. Aujourd’hui, le concept de développement durable met en avant notre responsabilité à l’égard des générations futures.

Ainsi, justices environnementale, sociale et intergénérationnelle découlent de ce concept. Ces problématiques interrogent aussi sur la redevabilité des responsables.

Identifier les gros pollueurs

Représentant chaque année respectivement près de 25 %, 12 % et 9 % des émissions des gaz à effet de serre, la Chine, les États-Unis et l’Union Européenne sont à eux seuls responsables d’environ la moitié des rejets polluants dans l’atmosphère. Ensuite, l’Inde, la Russie, l’Indonésie, le Brésil, le Japon, le Canada et le Mexique sont aussi les principaux responsables de ces émissions.

Cependant, ce constat doit être affiné en calculant la dette cumulative prenant en compte les données historiques de cette pollution. Dès lors, les États-Unis représentent 40 % de la dette écologique mondiale contre 4 % pour le Canada. De même, certains mastodontes démographiques ont une dette écologique très importante, comme l’Inde qui cumule 30 % de cette dette. Dès lors, le poids démographique des pays détermine leur part de responsabilité au niveau des dégradations environnementales. Par ailleurs, des pays comme le Brésil et l’Indonésie ont également une dette climatique à cause de la déforestation ou des pratiques agricoles.

Rembourser la dette écologique ? 

Le professeur Damon Matthews, de l’Université de Concordia au Canada, a évalué le coût de la dette accumulée. Depuis les années 1990, les pays débiteurs ont émis plus de 250 milliards de CO2. Selon ses estimations, le coût de ces émissions est d’environ 40 $ par tonne de CO2. Ainsi, en 2013, ce sont 13 milliards de tonnes d’émissions de CO2, soit 520 milliards de dollars de dette climatique. Si la multiplication est faite sur plusieurs décennies, la somme devient astronomique.

Théoriquement, elle devrait être versée aux pays les moins pollueurs pour les aider à absorber les coûts générés par les changements climatiques ou à développer une économie neutre en carbone. La discussion était au cœur des débats de la COP 21. Malgré les promesses des pays pollueurs, les aides prévues aux pays les plus vulnérables, comme ceux d’Afrique, sont donc bien inférieures au coût de cette dette.

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème