Le vieillissement des centrales nucléaires était déjà une problématique lors de la campagne présidentielle de 2012, avec l’évocation de la fermeture de Fessenheim. Cinq ans plus tard, l’avenir du nucléaire est plus que jamais d’actualité. Quelle énergie pour alimenter le pays dans les années à venir ? Que faire du parc nucléaire français ?

nucleaire

L’avenir du nucléaire : une question politique et environnementale

La France repousse depuis plusieurs années déjà la durée d’exploitation de son parc nucléaire. Un parc vieillissant (Fessenheim aura 40 ans cette année) qui atteint ses limites, au niveau de ses performances et de sa sécurité. La question est donc posée : quelle sera la place des centrales nucléaires en France dans les années à venir ? Faut-il prolonger leur exploitation à nouveau ou accélérer la transition énergétique et privilégier le renouvelable ?

L’une comme l’autre, chaque solution représente un coût d’environ 50 à 100 milliards dans les années à venir. Experte dans le domaine, la France est le pays le plus nucléarisé au monde et dépend énormément de ce domaine sur le plan énergétique, économique mais aussi en matière d’emplois, d’où ses difficultés à se défaire de son parc. Pourtant, l’avenir du nucléaire semble bien compromis

> À lire aussi : Transition énergétique en France : tout ce qu’il faut savoir

La France, ses centrales nucléaires et ses énergies renouvelables

À l’heure actuelle, EDF est fortement pénalisé en bourse par les annonces de retards sur les chantiers EPR (réacteur nucléaire à eau sous pression de 3e génération) et les incertitudes concernant l’avenir des centrales nucléaires en France. La solution pourrait être de faire du nucléaire une entité publique afin qu’EDF devienne un producteur d’électricité comme les autres, se décharge de la gestion du parc nucléaire et puisse se concentrer sur le développement des énergies renouvelables.

Si ce changement de cap pourrait demander plusieurs décennies pour se concrétiser, il demande une prise de décision rapide, dès le prochain quinquennat. Le principal bémol à cet transition est la rentabilité encore faible des énergies renouvelables. À l’heure des voitures électriques, des objets connectés et du numérique en croissance constante, la France a plus que jamais besoin d’électricité. L’avenir du nucléaire semble bien morose ; toutefois il va falloir redoubler d’efforts pour proposer des sources d’énergies renouvelables, fiables et en disponibles en quantité suffisante.

 

Pour aller plus loin

Sur le même thème