Détruites par l’ouragan Irma, le 6 septembre dernier, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy commencent leurs reconstructions et notamment le retour de l’énergie. En grande partie privées d’électricité et d’eau potable, les deux îles se retrouvent dans une situation critique alors que la mobilisation se met en place.

Après Irma, le retour de l’énergie à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

140 tonnes d’équipements électriques envoyés à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

« Des semaines et des mois » pour que l’électricité revienne à la normale à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. C’est Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, qui a livré cette prévision après que l’ouragan Irma ait touché les deux îles des petites Antilles, dans l’océan Atlantique, ce 6 septembre.

Cinq jours après la catastrophe, l’électricité n’est présente que dans deux quartiers de Saint-Barth : Saint-Jean et Gustavia. Pour le reste, il faut prendre son mal en patience avant de retrouver des conditions de vie décentes. Certains habitants utilisent même les allume-cigares de leurs voitures pour avoir un peu d’énergie. Et le plein d’essence est limité à 20 euros par personne.

D’ici là, la mobilisation se met en place. Une « électricité d’urgence » a été rétablie sur les deux îles afin d’alimenter les hôpitaux, ainsi que l'aéroport de Saint-Barthélemy. Dimanche 10 septembre, EDF annonçait que 140 tonnes d’équipements électriques venaient d’arriver en Guadeloupe. Ils prendront la direction des territoires sinistrés, par bateau, dès que le temps le permettra.

En plus de groupes électrogènes, de motopompes, et de kits d’inondations, l’envoi comporte aussi des lits de camp, des sacs de couchage et du matériel de survie. Tout cela est destiné aux équipes de la Force Rapide d'Intervention Électricité (FIRE) d'EDF, venues prêter main-forte à la centaine d’employés EDF de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Sur les îles, l’eau potable dépend de l’électricité

Et le retour de cette énergie prend encore plus d’importance lorsque l’on sait que l’eau potable dépend de l’électricité. L’eau potable provient de trois usines de dessalement d’eau de mer, les seules sources des deux îles.

En temps normal, elles produisent 5 millions de litres d’eau à Saint-Martin et 2 millions à Saint-Barthélemy. Mais Irma a quasiment détruit intégralement ces trois bâtiments, si précieux pour les habitants. Les 1 000 m3 d’eau potable restants seront destinés prioritairement à l’hôpital de Gustavia.

La station de traitement des eaux usées de Saint-Barthélemy a elle aussi été détruite à 80 % par le puissant ouragan. Plusieurs mois de travaux sont déjà estimés avant la réparation de toutes ces structures.

Si Internet et le téléphone feront leur retour dans les jours qui viennent, faute d’eau potable et d’électricité, les familles continuent de prendre la direction de la Guadeloupe pour être pris en charge par la Croix-Rouge. Après le chaos, la reconstruction s’annonce longue pour les habitants de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème