Le parc solaire Noor 1, construit au Maroc, sera fonctionnel dès le mois de novembre 2015. Première station thermosolaire du pays, le projet s’intègre dans un plan de développement des énergies renouvelables d’ampleur nationale. Une solution pour pallier l’absence d’hydrocarbures dans le pays et exploiter ingénieusement les surfaces désertiques du Maroc.

Calculez vos économies d’énergie

Un parc solaire aux ambitions titanesques

Panneaux solaires : le plus grand parc du monde sera au Maroc

Après l’ouverture du plus grand parc éolien d’Afrique en 2014, le Maroc poursuit son vaste programme de production d’énergie renouvelable avec l’ouverture d’une gigantesque centrale thermosolaire, à Ouarzazate. En novembre 2015, Noor 1, plus grand parc solaire national, entrera en activité, rapidement suivi par les centrales Noor II et Noor III dès 2017. Une fois le projet terminé, Ouarzazate devrait abriter le plus grand parc de panneaux solaires au monde, occupant une superficie égale à celle de la capitale Rabat. L’installation produira à terme 580 MW d’électricité, un débit suffisant pour alimenter 1 million d’habitants en énergie.

Le projet ne s’appuiera pas sur des panneaux solaires photovoltaïques, mais sur une technologie plus coûteuse et moins répandue : l’énergie solaire concentrée. Dans le cadre de Noor I, 500 000 miroirs paraboliques de 12 m de haut seront exploités pour concentrer les rayons du soleil sur une surface réduite. La lumière, source de chaleur, produit du courant électrique destiné à faire fonctionner un moteur thermique relié à un générateur de courant. Particulièrement efficace dans les pays bénéficiant d’un fort ensoleillement, ce concept permet de générer de l’électricité même après le coucher du soleil.

Panneaux solaires : l’avenir des zones désertiques ?

Le potentiel des déserts pour exploiter l’énergie solaire n’est pas à prouver. Selon Gerhard Knies, scientifique allemand, les déserts du monde entier reçoivent suffisamment d’ensoleillement en l’espace de quelques heures pour alimenter toute l’humanité pendant un an. Un fait météorologique qui pourrait être une véritable chance pour les pays constitués en partie ou totalement de zones désertiques, comme la Namibie, la Chine, la Mongolie, le Botswana, l’Algérie, le Chili, l’Arabie Saoudite ou encore l’Égypte, le Mali, le Niger, le Tchad...

La principale difficulté consiste à présent à tirer parti de ces richesses inexploitées, en apprenant à capturer cette énergie à l’aide de panneaux solaires ou d’autres installations, et à la faire transiter jusqu’aux villes qui en bénéficieront.

Selon Hakima el-Haite, ministre de l’Environnement marocain, l’énergie solaire pourrait avoir le même impact au XXIe siècle que le pétrole au XXe siècle. Concrètement, le Maroc entend répondre à la moitié de ses besoins énergétiques à l’aide de ses parcs solaires et de ses centrales d’énergie renouvelable, mises en place d’ici 2020. Selon les plans du gouvernement, l’énergie solaire représentera bientôt un tiers des énergies renouvelables exploitées par le pays, l’énergie éolienne et hydroélectrique représentant les deux tiers restants. Une initiative optimiste et tournée vers l’avenir, à quelques semaines de la COP21 et au cœur du débat concernant la transition énergétique à échelle mondiale.

Calculez vos économies d’énergie

Pour aller plus loin :

Sur le même thème