Lors d’un colloque organisé à Paris le 26 octobre 2016, le bureau d’études Tecsol a présenté son projet : associer l’énergie solaire et la technologie digitale afin d’améliorer la gestion du photovoltaïque par les particuliers. Le point avec L’énergie tout compris.

Calculez vos économies d’énergie

Pourquoi associer photovoltaïque et digital ?
photovoltaique_digital

Dans les 20 prochaines années, le coût d’une installation photovoltaïque complète devrait être divisé par 7 à l’échelle mondiale. Parallèlement, le prix de l’électricité en réseau ne cessera d’augmenter, notamment en France : assurer son autoconsommation sera donc un moyen très intéressant de réaliser des économies au quotidien tout en préservant son confort. Pour André Joffre, fondateur de Tecsol, un bureau d’études solaires, combiner énergie solaire et digital permettra d’accélérer l’adoption du photovoltaïque par les utilisateurs en assurant une meilleure gestion de la consommation.

Mise en place de la digitalisation du photovoltaïque

Pour parvenir à développer le photovoltaïque grâce aux technologies digitales, Tecsol envisage différents leviers.

La blockchain, un élément clé

Au centre du projet de Tecsol développé par la start-up Sunchain : la blockchain qui est encore peu connue du grand public. Cette technologie de stockage et de transmission d’informations constitue une base de données mémorisant l’historique des différents échanges entre les utilisateurs. Concrètement, grâce à la blockchain, il devient possible de déterminer la proportion d’énergie solaire consommée par chaque logement dans un immeuble collectif.

Mieux gérer production et consommation 

L’un des principaux problèmes de l’utilisation de panneaux photovoltaïques pour les utilisateurs individuels réside dans la gestion de la production d’énergie solaire. En effet, la production maximale est atteinte au cours de la journée, lorsque l’ensoleillement est le plus fort. Or, à ce moment-là, les occupants des logements sont bien souvent absents. Pour contourner cet obstacle, Tecsol propose d’imaginer un nouveau fonctionnement grâce auquel chaque utilisateur aurait la possibilité de consommer sa production en itinérance. En pratique, il serait alors envisageable de recharger sa voiture sur son lieu de travail tout en réinjectant dans le réseau la quantité équivalente à celle d’énergie consommée, à l’aide d’une commande à distance. Le bureau d’études évoque également la mise en place d’une monnaie solaire digitale pour faciliter les échanges de production d’énergie.

Vers un partenariat entre réseaux privés et réseau public

Grâce à la blockchain, le réseau public peut héberger plusieurs réseaux privés. Le modèle économique imaginé par Tecsol prévoit ainsi une rétribution au gestionnaire de réseau pour l’utilisation de ses infrastructures. Les utilisateurs pourraient par exemple souscrire un abonnement forfaitaire pour profiter du réseau et des services brevetés par Sunchain.

 

Le saviez-vous ?

La technologie de la blockchain se révèle particulièrement intéressante dans les pays où la qualité des réseaux est peu satisfaisante, faute de financement.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème