Apprécié pour son épaisseur réduite, l’isolant mince ne parvient pas vraiment à convaincre par ses performances. L’énergie tout compris fait le point pour vous sur les caractéristiques de l’isolant mince et ses spécificités techniques.

Demander un devis

Qu’est-ce qu’un isolant mince ?
Isolant mince : caractéristiques et particularités

Aussi appelé PMR, IMR, isolant thermoréflectif ou encore film mince, l’isolant mince présente des caractéristiques spécifiques.

Composition de l’isolant mince

On parle d’isolant mince lorsqu’un isolant est constitué de plusieurs couches (en feutre animale, végétale ou de synthèse, en mousse souple, en polyéthylène à bulles, etc.) prises en étau entre deux feuilles d’aluminium ou de film plastique « aluminisé ». Le nombre de couches intermédiaires ainsi que la nature de ces couches définissent les capacités techniques de l’isolant mince.

Isolant mince : les performances techniques

Tout comme les autres matériaux isolants, l’isolant mince tire ses performances de sa conductivité thermique et de son épaisseur. Si l’on inclut les lames d’air immobiles obtenues grâce aux couches intermédiaires, l’isolant mince présente une résistance thermique totale comprise entre 0,5 et 2 m²K/W. Ces performances ne permettant pas d’atteindre le seuil d’exigence minimal de la réglementation thermique, l’isolant mince doit être considéré comme un complément d’isolation plutôt que comme un isolant à part entière.

Bon à savoir : une attention particulière doit être apportée à la mise en place de l’isolant mince. En effet, une pose non conforme aux prescriptions disponibles dans l’Avis Technique entraîne une baisse des performances techniques annoncées.

Avantages et inconvénients de l’isolant mince

Les isolants minces font l’objet de nombreux débats. Pour vous aider à y voir plus clair, voici un récapitulatif des avantages et des inconvénients offerts par ce type d’isolant.

Les avantages de cet isolant

Bien sûr, le principal avantage de l’isolant mince est son épaisseur réduite. Cette spécificité en fait un isolant idéal pour l’aménagement de combles, car il limite la perte de place. Par ailleurs, l’isolant mince se découpe facilement à l’aide d’un cutter : il suffit alors de l’agrafer aux parois pour le mettre en place (en veillant tout de même à ne pas créer de ponts thermiques). Aucun pare-vapeur n’est requis : c’est l’aluminium qui exerce cette fonction sur un isolant mince.

Quels inconvénients pour l’isolant mince ?

Les performances de l’isolant mince semblent moins élevées que celles d’un isolant classique. Par ailleurs, la faible masse surfacique et l’absence d’absorbant en face externe sur l’isolant mince nuisent aux performances acoustiques du matériau : pour obtenir une bonne isolation phonique, il est alors conseillé d’associer un isolant fibreux à l’isolant mince.

Le saviez-vous ?

Mieux vaut opter pour un produit certifié ou sous Avis Technique, car les performances techniques de l’isolant sont alors garanties.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème