Isoler son logement permet d’optimiser le chauffage de son habitation l’hiver et de moins souffrir de la chaleur en été. Quels sont les éléments entrant en compte dans la définition du prix d’un isolant ? Comment réduire le prix de ses travaux d’isolation ?

Un prix qui diffère en fonction du type d’isolant choisi

 Quel prix pour quel isolant ?

Il existe une multitude de matériaux sur le marché pouvant servir à l’isolation d’un logement par l’intérieur ou par l’extérieur.

Le prix des isolants diffère en fonction de leur type et de leurs caractéristiques.

On distingue principalement 3 catégories d’isolants :

  • les naturels tels le chanvre, la laine de bois, la laine de mouton, la ouate de cellulose, etc. ;
  • les synthétiques comme le polystyrène extrudé, le polystyrène expansé, la mousse de polyuréthane expansé ou la mousse phénolique ;
  • les minéraux, comme la laine de roche, la laine de verre ou le verre cellulaire.

Les critères jouant sur le prix des isolants

Les principaux critères pouvant jouer un rôle dans le prix de l’isolant sont les suivants :

  • la conductivité thermique ou lambda ;
  • la résistance thermique ;
  • la durabilité ;
  • la perméabilité à la vapeur d’eau ;
  • la perméabilité à l’air ;
  • l’indice d'affaiblissement acoustique ;
  • la réaction face au feu ;
  • la résistance de l’isolant à la compression et au cisaillement.

On notera également que même s’il doit être pris en compte, le prix d’un isolant ne reflète pas systématiquement la qualité du produit acheté. En cas d’interrogation, il est recommandé de demander conseil à un professionnel de l’isolation.

Des aides pour réduire le prix des isolants thermiques

Le prix des isolants et la pose par un professionnel représentent un certain coût. Pour accompagner les ménages dans leurs travaux de rénovation énergétique, de nombreux dispositifs d’aides financières et fiscales ont été mis en place.

Parmi eux figure le crédit d’impôt pour la transition énergétique, dispositif phare permettant de profiter de 30% de crédit d’impôt sur les dépenses engagées dans le cadre de travaux liés aux économies d’énergie. Il est accessible dans la limite d’un plafond de 8 000 euros pour les personnes seules et 16 000 euros pour un couple effectuant une déclaration commune.

La TVA à taux réduit de 5,5%, l’éco-prêt à taux zéro, les aides régionales ou encore l’aide de l’Anah complètent l’éventail d’offres proposées.

N’hésitez pas à vous renseigner sur les conditions d’accès à ces différentes aides afin de réduire les frais à votre charge, d’autant que de nombreuses aides sont cumulables entre elles.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème