Vous souhaitez connaître la performance d’un isolant avant de faire votre choix pour la construction ou la rénovation énergétique de votre maison ? L’énergie tout compris revient pour vous sur la notion de résistance thermique.

Calculer le montant de ma prime énergie

Résistance thermique : définition et calcul
resistance-thermique

Avec la conductivité thermique, la résistance thermique est l’un des indicateurs de la performance d’un isolant.

  • Définition de la résistance thermique

La résistance thermique est habituellement indiquée par la lettre R et exprimée en m².K/W (Kelvin par Watt). Elle informe sur la capacité de l’isolant thermique à résister au froid et à la chaleur : plus la résistance thermique est élevée, plus l’isolant est efficace.

  • Comment calculer la résistance thermique ?

Pour obtenir la donnée R, il faut diviser l’épaisseur de l’isolant thermique (exprimée en mètres) par la conductivité thermique du matériau (la donnée lambda).

Bon à savoir

La conductivité thermique est la capacité du matériau isolant à conduire la chaleur. Elle doit donc être la plus faible possible pour que la performance de l’isolant soit optimale.

Évaluation de la performance d’un isolant en pratique

Bien que la résistance thermique et la conductivité thermique d’un isolant soient indispensables pour connaître la performance du matériau, il est conseillé de manier ces données avec prudence pour éviter les erreurs d’interprétation.

Comparer les résistances thermiques : une fausse bonne idée ?

Le calcul de la résistance thermique s’effectuant à épaisseur égale, il est peu judicieux de se contenter de comparer les différentes données R pour évaluer la performance d’un isolant. En effet, la résistance thermique a justement pour objectif de nous rappeler que l’épaisseur effective à mettre en place pour bien isoler dépend de chaque type de matériau. À titre indicatif, 12 cm de laine de verre à haute performance sont équivalents à 88 cm de bois et à 700 cm de béton.

Les valeurs minimales de performance d’un isolant

Pour satisfaire les exigences de la RT 2012 lors de la construction d’un bâtiment, une résistance thermique minimale est requise en fonction de l’élément à isoler :

  • 8 m².K/W pour la toiture ;
  • 4 m².K/W pour les façades et les planchers bas.

Pour les rénovations, certaines valeurs minimales sont exigées pour pouvoir bénéficier du crédit d’impôt et des certificats d’économie d’énergie :

  • 4,5 m².K/W pour les toitures et les terrasses ;
  • 3,7 m².K/W pour les murs en façade ;
  • 3 m².K/W pour les planchers bas sur vide sanitaire ou sur passage ouvert ;
  • 6 m².k/W pour les plafonds de combles et les rampants de toiture ;
  • 7 m².K/W pour les planchers dans des combles perdus.

Le saviez-vous ?

Plus la résistance thermique est élevée, plus l’isolation est performante à conductivité thermique égale.

Calculer le montant de ma prime énergie

Pour aller plus loin :

Sur le même thème