Pour protéger son foyer des infiltrations de chaleur, des courants d’air, de l’humidité et du bruit, il est fortement recommandé d’isoler ses combles au même titre que les autres parois de la construction. La toiture représente en effet 30% des déperditions de chaleur en hiver et de fraîcheur en été. Comment procéder pour l’isolation d’une charpente traditionnelle et quelles précautions prendre ?

Isolation en charpente traditionnelle et isolants préconisés
Isoler des combles en charpente traditionnelle

Pour assurer l’étanchéité thermique et acoustique d’une charpente traditionnelle, il est conseillé de s’orienter vers un isolant en panneau souple ou semi-rigide. La réglementation thermique de 2012 impose un coefficient R de 6 en toiture sous rampant : dans la majorité des cas, cela correspond à une isolation en deux couches, de 8 et 16 cm par exemple. Laine de bois, de verre, de roche, de lin... À vous d’estimer le meilleur rapport qualité/prix en fonction de la surface à isoler, des performances souhaitées et de votre budget.

La première couche d’isolant est posée entre les chevrons. Une épaisseur de 8 cm est conseillée pour s’adapter à l’épaisseur de ces chevrons. Découpez votre isolant en ajoutant 1 cm à vos mesures : ainsi, vous pourrez coincer votre isolant entre les chevrons de votre charpente et isoler vos combles de manière optimale. Ne laissez aucun espace entre deux panneaux d’isolant, au risque de créer un pont thermique.

Avant de mettre en œuvre la 2ème couche, vissez des chevrons perpendiculaires aux premiers en laissant un espace de 60 cm entre chaque poutre environ. Ces chevrons doivent avoir la même épaisseur que la seconde couche d’isolant afin de ne pas créer d’espace vide.

Attention cependant à ne pas trop compresser votre isolant, au risque de réduire ses performances thermiques. La compression maximale admise est de 25% ; au-delà, la poussée de la couche isolante sur les parements du plafond est trop importante.

Bon à savoir :

Le CPT n°3560-V2 (Cahier des prescriptions techniques) pour l’isolation des combles aménagés préconise l’utilisation de laine minérale nue, et ayant une conductivité thermique (ou lambda) de 0,036W/(m.K) maximum et une résistance thermique minimum R=1,62m2.K/W. Pensez à vérifier tous ces critères avant d’acheter votre matériau isolant.

Isoler ses combles du bruit et des changements de température

La mise en place d’un frein vapeur permet d’isoler la maison tout en laissant « respirer » l’enveloppe du bâtiment, évitant ainsi la condensation d’eau sur les parois.  Celui-ci doit être fixé temporairement à l’aide de scotch double face, afin de le maintenir avant la pose du parement. Les lés de frein vapeur doivent se chevaucher pour maximiser l’isolation de votre charpente traditionnelle; la jonction avec le mur doit aussi être faite, à l’aide de mastic ou de scotch par exemple.

Au moment d’isoler vos combles, pensez aussi à étanchéifier les points particuliers que sont les fenêtres de toit, les joues de lucarne, les conduits d’aération, les cheminées et autres canalisations pour supprimer tous les ponts thermiques possibles. Terminez l’opération par la pose des plaques de parement, fixées en général sur la charpente.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème