Les nuisances sonores génèrent souvent des gênes, voire du stress. Pour plus de confort au quotidien, chacun cherche donc à protéger son logement du bruit. Pourtant avant d’engager des travaux d’isolation phonique, un diagnostic acoustique doit être réalisé afin d’identifier les sources de bruit. Quelles sont les étapes à suivre pour les repérer ?

Demander un devis

Identifier le type de bruit
Isolation phonique : comment repérer les sources de bruit ?

Le bruit est un phénomène acoustique audible par l’homme prenant la forme de vibrations dues aux variations de la pression de l’air. À haute intensité, il devient désagréable ou gênant pour celui qui l’entend. Ces nuisances sonores peuvent provenir :

  • De la rue ou de l’extérieur avec les bruits de la circulation, de la foule, des sirènes, d’un chantier, d’une cour d’école…
  • De l’intérieur de l’immeuble avec les bruits de pas, la musique, le son d’une discussion… Ces bruits proviennent alors des appartements voisins ou des parties communes ;
  • De l’intérieur du logement : le nombre d’occupants participe aux émissions sonores au sein d’un appartement ;
  • Des équipements, comme un ascenseur, une installation de chauffage, une ventilation mécanique, une machine à laver en mode essorage…

Identifier la source des bruits permet de sélectionner la solution adaptée pour traiter ces nuisances et améliorer l’isolation phonique de votre habitation. En effet, si votre logement est à proximité d’une voie ferrée, d’une rue passante, il vous sera certainement conseillé de calfeutrer vos fenêtres, voire de mettre du double vitrage.

Identifier le parcours du bruit

Après avoir défini le type de la nuisance sonore, il faut déterminer la voie qu’elle emprunte pour arriver jusqu’à vos oreilles :

  • Les bruits d’impacts (chute d’objet, choc des talons sur le sol…) sont le plus souvent transmis au travers des planchers et des murs par la mise en vibration de la paroi ;
  • Les bruits aériens (conversation, musique, bruit de la circulation…) se diffusent à travers la matière des murs ou planchers et par les vides d’air (colonne, fissure…). Quand ils proviennent de l’extérieur, ils se transmettent par les façades, fenêtres et toit.

Les bruits provenant des équipements se diffusent à la fois par voie aérienne et par mise en vibration des parois.

Estimer l’intensité du bruit

Mesurer le niveau du bruit est important pour choisir l’isolation phonique adaptée, c’est-à-dire celle qui sera la plus performante pour affaiblir la nuisance acoustique et pour atteindre le niveau de confort phonique souhaité après les travaux. Quoi qu’il en soit, la tolérance au bruit diffère d’une personne à l’autre. Dans le cadre de travaux d’isolation, l’amélioration acoustique doit être supérieure à 3 décibels.

Ces trois étapes permettent de repérer les sources du bruit puis de les corriger. Cependant, pour une étude complète, il est recommandé de faire appel à un acousticien, seul capable de vous présenter un diagnostic fiable, de vous conseiller sur les travaux à engager et de vous orienter vers l’entreprise en mesure de réaliser ses préconisations.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème