Les isolants en laine minérale sont les matériaux d’isolation les plus utilisés dans la construction, devant les laines végétales (laine de chanvre), les laines animales (laine de mouton, laine de plumes de canard) ou encore le polystyrène.

Laine de verre, de roche ou laine cellulaire, point sur ces matériaux au rapport qualité/prix exemplaire, et sur leurs performances thermiques et phoniques.

L’isolation grâce à la laine de verre : les caractéristiques

Isolation par la laine de roche ou la laine de verre : point sur les isolants en laine minérale

La laine de verre est fabriquée à partir de sable et de verre recyclé. Elle se présente en général sous la forme d’un matelas de fibres entremêlées, qui retiennent de l’air immobile. Cet isolant en laine minérale est employé dans le bâtiment pour assurer l’imperméabilité à la fois phonique et thermique des parois. Elle sert aussi de protection contre les incendies, puisque les laines minérales sont incombustibles par nature.

La laine de verre, très populaire en construction, est présente dans plus de 75% des foyers français ; il s’agit également du matériau isolant le plus utilisé dans le monde. Elle permet d’isoler les toitures, les murs et les sols de manière efficace, à la fois contre le froid, la chaleur et les nuisances sonores. La laine de verre n’absorbe pas l’humidité de l’air ; si elle est accidentellement mouillée par de la pluie ou de la neige, il suffit de la laisser sécher, sans la manipuler, pour qu’elle retrouve ses performances.

Avant d’utiliser ce type d’isolant, il est nécessaire de vérifier que le matériau choisi convienne à l’usage auquel il est réservé (isolation d’une toiture, d’un mur ou d’un plancher par exemple). Pour une application murale qui nécessite une tenue mécanique par exemple, il est préférable de choisir un isolant semi-rigide. Elle peut se présenter sous la forme de rouleaux, de panneaux ou de flocons selon la dimension et l’accessibilité de la paroi à isoler. Si les travaux d’isolation avec de la laine de verre sont effectués correctement, les bienfaits thermiques peuvent perdurer plusieurs dizaines d’années.

La laine de roche : un isolant méconnu

La laine de roche est réalisée à partir de basalte, une roche obtenue par refroidissement de la lave. Son usage est également certifié pour l’isolation thermique, phonique ainsi que pour la protection contre les incendies dans les bâtiments.

L’isolation par la laine de roche peut convenir aussi bien à une toiture qu’à un mur ou à des sols, et est efficace contre les baisses de température hivernales, la chaleur estivale et contre le bruit. Comme la laine de verre, la laine de roche n’est pas hydrophile ; si elle est mouillée, un simple séchage lui fera retrouver son épaisseur et ses qualités isolantes.

Cet isolant en laine minérale se conditionne sous la même forme que la laine de verre ; en rouleaux, en panneaux rigides, en flocons, mais aussi en coquilles incombustibles réalisées en fibres concentriques moulues et enrobées d’un revêtement en aluminium, pour une excellente isolation thermique.

L’isolation par la laine de roche convient en particulier à des applications qui demandent une forte résistance mécanique. Elle est donc utile pour étanchéifier une toiture, isoler un sol sur le plan thermique et acoustique, ainsi que pour les parois nécessitant une grande résistance au feu.

Le verre cellulaire

Le verre cellulaire est fabriqué à partir de sable et de verre recyclé moussé ; il est employé pour l’isolation thermo-acoustique des parois. À la différence de ses deux homologues, ce matériau peut être utilisé en isolation par l’intérieur et par l’extérieur.

Cet isolant en laine minérale permet d’isoler les murs, les plafonds et les sols appelant une forte résistance à la compression, comme par exemple les toitures-terrasses ou encore les toitures accessibles aux véhicules légers.

En plus d’être imputrescible, le verre cellulaire est totalement étanche à la vapeur d’eau et à l’air, si les plaques isolantes sont correctement collées ou jointoyées. L’isolant peut également se présenter sous forme de panneaux ou de blocs, selon l’usage auquel il est destiné. S’il est mis en œuvre correctement, sa longévité est la même que celle du bâtiment qu’il isole.

Le saviez vous ?

Crédit d’impôt, éco-prêt à taux zéro, aides de l’ANAH ou aides locales : de nombreux dispositifs existent pour vous aider à financer vos travaux d’isolation, à conditions qu’ils soient réalisés par un professionnel certifié.

 

 

Pour aller plus loin : 

Être mis en relation avec un artisan sélectionné par Total

Sur le même thème