Les isolants minces sont considérés comme des compléments d’isolation, selon la certification ACERMI (Association pour la certification des matériaux isolants) et le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment). Fabriqués à partir d’aluminium ou de films plastiques, ces isolants thermiques minces présentent une efficacité qui varie selon leur épaisseur.

Isolant thermique mince : principe et intérêt

Les isolants thermiques minces, qu’est-ce que c’est ?

Les isolants thermiques minces se composent d’une ou plusieurs couches de feuilles d’aluminium (ou de film plastique aluminisé) renforcées par des couches intermédiaires dont la nature varie. Mousse souple, polyéthylène à bulles, feutre d’origine animale, végétale ou synthétique : ce sont ces couches superposées qui déterminent les performances de l’isolation. Selon leur nature et la technologie employée, ces isolants sont appelés « réfléchissants » ou « multicouches ».

La résistance thermique des isolants minces réfléchissants varie généralement de 0,1 à 1 m2K/W. Lorsqu’ils sont mis en œuvre avec une lame d’air immobile de chaque côté du produit, la résistance thermique atteint 0,5 à 2 m2K/W ; des capacités d’isolation inférieures aux seuils minimum exigés par la réglementation thermique et qui empêchent d’utiliser ces matériaux comme des isolants seuls. Ce type de produit est donc considéré comme un complément d’isolation thermique.

Optimiser la pose des isolants minces en complément des isolants pour murs

La résistance thermique intrinsèque d’un produit est calculée en fonction de sa capacité à isoler seul une paroi, selon son comportement par rapport aux différents phénomènes d’échanges thermiques que sont la convection, la conduction et le rayonnement. Pour optimiser l’isolation de la paroi concernée, il est fondamental de respecter les prescriptions d’installation de l’isolant mince. Une pose précise et soignée, la réalisation de lames d’air étanches et non communicantes avec l’extérieur sont donc des critères obligatoires.

Le saviez-vous ?

L’isolation mince peut aussi être appliquée sous une toiture pour minimiser les échanges thermiques. Ces « écrans sous toitures » se caractérisent par une perméabilité élevée à la vapeur d’eau, afin d’éviter la condensation au sein du logement.

Isolation mince et acoustique

La performance acoustique d’une isolation mince face aux nuisances sonores aériennes par exemple est très limitée en raison de la faible densité de ce type de produit et de l’absence de matériau absorbant sur leur face externe. Là encore, l’isolant mince doit uniquement être utilisé comme un complément d’isolation, en le couplant par exemple avec un isolant fibreux.

 

Pour aller plus loin :

                                             Être mis en relation avec un artisan sélectionné par Total

Sur le même thème