Lorsqu’il s’agit de réaliser des travaux d’isolation thermique, la problématique du prix des isolants se pose rapidement. Est-il possible de définir un prix moyen pour des isolants thermiques ? À quoi faut-il penser avant d’arrêter son choix sur un produit ? Les infos à retenir avec L’énergie tout compris.

Calculez vos économies d’énergie

Les prix des isolants varient fortement
Isolants : quels sont les prix moyens ?

Le prix des isolants varie beaucoup d’un matériau à un autre, d’un point de vente à un autre, mais aussi d’une marque à une autre, si bien que définir un prix moyen s’avère très complexe. Le prix moyen le plus bas que l’on puisse trouver sur le marché pour un isolant thermique se situe autour de 3 euros le mètre carré. Les prix des isolants les plus chers se chiffrent plutôt autour d’une cinquantaine d’euros, même si certains isolants peuvent se chiffrer dans une fourchette beaucoup plus haute atteignant environ 70 euros le mètre carré ou dépassant 100 euros le mètre carré. De manière globale, la laine de verre tend à être l’un des matériaux isolants les moins chers et le liège expansé l’un des plus coûteux.

Le prix des isolants n’est pas le seul critère à considérer

Le prix des isolants n’est pas l’unique critère à prendre en compte avant d’effectuer un choix et un prix élevé ne rime pas systématiquement avec excellente qualité.

La facilité de pose, l’épaisseur, les caractéristiques du logement et notamment la surface à isoler, le type d’isolation (par l’intérieur ou par l’extérieur), le coefficient de conductivité thermique (appelé lambda) qui désigne la capacité d’un isolant à conduire la chaleur, les propriétés acoustiques d’un isolant, sa durée de vie et son impact écologique (de plus en plus important de nos jours) sont tout autant de critères importants ne devant pas être négligés.

La question des aides financières et fiscales ne doit également pas être oubliée. Si vous souhaitez bénéficier d’un crédit d’impôt pour la transition après la réalisation de vos travaux d’isolation, n’oubliez pas que certains seuils de performance doivent être respectés en termes de résistance thermique (Article 18 bis du Code général des Impôts) :

  • R ≥ 3,7 m².K/W pour les matériaux isolants destinés aux murs en façade ou en pignon,
  • R ≥ 4,5 m2.K/W pour les toitures terrasses,
  • 6 m2.K/W pour les rampants de toitures et plafonds de combles,
  • R ≥ 7 m2.K/W pour les planchers de combles perdus,
  • R ≥3 m2.K/W pour les planchers bas sur sous-sol, sur vide sanitaire ou sur passage ouvert.

N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement) pour bien choisir votre isolant et maximiser vos chances de réduire vos dépenses énergétiques.

Le saviez-vous ?

Pour réduire sa facture énergétique annuelle, il est également nécessaire de se pencher sur le remplacement des anciens équipements de chauffage. Chaudière à condensation, poêle et chaudière à bûches ou à granulés, pompe à chaleur : à vous de trouver les bonnes alternatives en fonction de vos objectifs et des caractéristiques de votre logement. Pensez aussi à l’installation de systèmes permettant de réguler la température du logement en fonction des temps de présence des habitants et des différents moments de la journée.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème