Chaque année, 254 millions de tonnes de déchets de chantiers sont récoltées. Selon l’article L.541-2 du Code de l’environnement, les acteurs du secteur doivent prendre leurs dispositions pour gérer ces déchets. Dire qu’un matériau est recyclable ne suffit plus : il faut également mettre en œuvre une filière de recyclage et de valorisation des déchets. Cependant, le caractère composite de certains matériaux, comme les isolants, rend plus complexe leur recyclage, et des filières spécifiques sont à créer pour recycler l’ensemble des déchets isolants.

Calculez vos économies d’énergie

Déchets de chantier : une valorisation inégale des isolants en plâtre
Déchets de chantier : le recyclage des isolants

À l’heure actuelle, tous les déchets de chantier en plâtre destinés à l’isolation ne sont pas recyclés. Si les isolants mono matériaux sont intégralement recyclés, il n’en va pas de même pour les isolants à double épaisseur :

  • le doublage plâtre et laine de verre se retrouve souvent dans les décharges car il est estimé comme trop souillé pour être réutilisé ;
  • le doublage plâtre et polystyrène finit souvent dans les incinérateurs pour produire de l’énergie.

Le recyclage de ces isolants est donc limité car considéré comme trop coûteux ou trop complexe.

Des filières à créer pour les isolants en matières naturelles et « bio »

  • Les laines de verre ou de roche sont fabriquées à partir de matières premières naturelles. Les fibres sont maintenues par un liant, ce qui en fait un produit composite. Actuellement, aucune technologie ne permet le recyclage de ces isolants à un coût acceptable. Issus de la déconstruction des bâtiments, ces déchets de chantier sont souillés et ne sont donc pas recyclables. Imaginer des voies de valorisation est nécessaire pour réutiliser ces déchets et les incorporer dans la fabrication d’autres matériaux de construction, comme le béton. Les fabricants de laines minérales commencent à s’intéresser à ce marché car les nouvelles normes d’efficacité énergétique entraînent une augmentation des épaisseurs de laines minérales dans les chantiers de construction actuels et présagent des volumes importants dans les futurs chantiers de déconstruction.
  • Les isolants dits « bio », comme la laine de chanvre, le lin, la laine de mouton, la plume de canard, ne disposent d’aucune filière de recyclage ou de valorisation. Composites, ils ne peuvent pas être compostés : des fibres de type polyester sont rajoutées pour améliorer la structure de cet isolant.

Une filière de recyclage des isolants issus du pétrole en cours de structuration

Grâce aux compacteurs et aux extrudeuses, le polystyrène expansé (PSE) peut réintégrer le marché et servir entre autre à la fabrication de plaques d’isolation. Le recyclage de ces isolants bénéficie de l’expérience engendrée par l’industrie du recyclage d’emballages. Pour les cimenteries et autres incinérateurs, la valorisation énergétique des PSE souillés ou en fin de vie est possible. Par contre, le polyuréthane ne dispose pas encore de filière de recyclage et de valorisation car il n’est pas utilisé dans l’emballage.

Calculez vos économies d’énergie

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème