L’objectif des travaux d’isolation phonique est de limiter la propagation des bruits et de limiter la gêne ressentie au quotidien. Il est important de prendre en compte cette problématique lorsque l’on s’apprête à réaliser des travaux d’isolation thermique, car il est possible de coupler les deux types de travaux.

Comment améliorer l'isolation phonique de votre logement lors de sa rénovation ?

Le bruit, une source gêne

En France, les nuisances sonores sont loin d’être une exception; en 2010, dans le cadre d’une étude de TNS Sofres, 2 Français sur 3 indiquaient être gênés par le bruit à leur domicile.

Au quotidien, une exposition régulière au bruit constitue un véritable problème. Lorsque l’exposition est fréquente et prolongée, elle peut être source de stress, de troubles du sommeil, ou encore d’irritabilité. Dans certains cas, des conflits de voisinage, voire des déménagements anticipés peuvent aussi être causés par une mauvaise isolation phonique.

Effectuer des travaux d’isolation phonique : les conseils à prendre en compte

Comment faut-il aborder ce type de travaux de rénovation ?

Identifier les types de bruits

Les travaux d’isolation phonique à réaliser diffèrent en fonction des sources de bruits. De manière générale, on distingue trois grandes catégories de nuisances sonores.

  • Les bruits d’impacts : il s’agit des bruits transmis par la structure du bâtiment, au niveau des sols ou des murs par exemple. Bruits de pas, machine à laver qui cogne le sol lors de la phase d’essorage, grêle sur le toit, coups de marteau, déplacement d’un meuble : les bruits d’impacts prennent mille et une formes.
  • Les bruits dits « aériens » : ces bruits se propagent dans l’air et traversent les parois et les vides d’air. La musique, les conversations ou les bruits de téléviseurs des voisins, mais aussi le vacarme causé par la circulation en pleine journée ou la nuit sont autant de nuisances liées à des bruits aériens.
  • Les bruits d’équipements : ils concernent notamment les nuisances générées au sein d’immeubles collectifs. Cela concerne notamment les machineries d’ascenseur, la robinetterie, les bruits de ventilation mécanique, etc.

Demander un diagnostic acoustique

L’isolation phonique, tout comme l’isolation thermique, ne doit pas être considérée à la légère. Il est fortement recommandé de faire appel à un acousticien ou à un professionnel travaillant dans un bureau d’études en acoustique afin d’analyser votre logement, identifier les parois à isoler et évaluer le niveau de nuisances sonores (en décibels) au sein de votre habitation.

Ce professionnel pourra vous indiquer les types de travaux et matériaux à préconiser pour votre logement mais également vous donner des informations sur la réglementation en vigueur. En effet, si les logements construits avant 1970 ne sont pas soumis à une réglementation thermique, il en va autrement pour les constructions plus récentes. Un acousticien pourra vous conseiller sur la manière d’obtenir des résultats correspondant le plus possible aux exigences réglementaires actuelles.

Les différentes solutions à disposition

Chaque projet d’isolation phonique est unique dans la mesure où une catégorie de travaux convenant à un logement donné ne sera pas toujours efficace pour un autre. Les alternatives les plus courantes sont listées ci-après.

  • L’isolation phonique des vitrages : le double vitrage phonique permet de réduire les bruits. Il se distingue du double vitrage classique par des verres et une lame d’air plus épais. Un renforcement du châssis, une vérification des joints d’étanchéité ou l’installation de joints de calfeutrement peuvent également influer sur la diminution des bruits provenant de l’extérieur.
  • L’isolation phonique des sols et planchers intermédiaires : la pose d’un nouveau revêtement sur une sous-couche résiliente fait partie des pistes à explorer (exemple de certains parquets flottants). L’installation d’une moquette ou de tapis dans les pièces problématiques peut également être une piste envisageable selon les cas.Des faux plafonds peuvent aussi être installés que cela soit dans votre logement pour atténuer les bruits de l’étage supérieur ou à l’étage inférieur. En pratique, il s’agit d’intercaler une couche d’isolant entre le véritable plafond et un faux plafond grâce à une ossature dédiée.
  • L’isolation des murs, qui peut passer par la pose de plaques de plâtres posées sur un isolant telle que de la laine minérale ou une contre-cloison maçonnée.

Outre le bon choix de matériaux et des solutions, la qualité d’exécution des travaux d’isolation phonique est essentielle. Il est donc toujours préférable de se référer à un professionnel pour tout projet. À noter que si vous prévoyez d’engager des travaux d’isolation thermique, ce dernier vous aidera à trouver les meilleurs compromis pour réduire vos dépenses énergétiques et profiter d’une vie plus calme.

                                         Être mis en relation avec un artisan sélectionné par Total

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème