Un an et demi après la COP 21, la transition énergétique a fait du chemin en France. Alors que les initiatives se multiplient pour favoriser le solaire, l’éolien, la géothermie, la France rêve de 100 % renouvelable d’ici 2050. Comment parvenir à un tel objectif ? Quelle est la place accordée aujourd’hui aux énergies renouvelables en France ?

energies renouvelables

La France 100 % renouvelable : utopie ou réalité ?

Se chauffer à l’énergie solaire, s’éclairer grâce à l’énergie éolienne, faire fonctionner ses appareils électroménagers grâce à la géothermie, rouler à l’électricité renouvelable : et si c’était une réalité en 2050 ? C’est en tout cas ce que prévoit le scénario présenté par l’association NégaWatt, rassemblant des experts spécialisés dans l’énergie.

S’il paraît irréaliste sur le papier, ce projet se base pourtant sur différents objectifs mentionnés dans la loi de transition énergétique. L’association prévoit ainsi de satisfaire 100 % des besoins énergétiques de la France grâce aux énergies renouvelables par plusieurs moyens :

  • la réduction de notre consommation énergétique finale de 50 % d’ici 2050 ;
  • faire en sorte qu’en 2030, les énergies renouvelables représentent 32 % de notre consommation finale brute d’énergie ;
  • baisser la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % avant 2025.

Réduire la consommation d’énergie, une clé de la transition énergétique

Pour parvenir à son objectif du tout renouvelable, l’association NégaWatt mise en parallèle sur un autre axe de travail : la réduction drastique de notre consommation, autrement dit la sobriété énergétique. Concrètement, il ne s’agit pas seulement de consommer plus propre : il est aussi nécessaire de consommer moins, pour que les ressources naturelles à disposition suffisent à combler nos besoins.

En France, l’énergie renouvelable est présente en quantité non négligeable :

  • énergie bois extraite des forêts ;
  • énergie houlomotrice, hydrolienne et marémotrice provenant des mers et océans ;
  • énergies éolienne et solaire produites par le vent et l’ensoleillement...

Pour autant, il est nécessaire d’effectuer des économies d’énergie et d’optimiser leur utilisation au lieu de consommer de manière effrénée. En somme, il est envisageable de s’appuyer uniquement sur les énergies renouvelables, à condition que les citoyens et entreprises modifient leurs comportements pour maîtriser leur consommation.

Cette baisse de la consommation passe, entre autres, par la rénovation de l’isolation thermique des bâtiments, mais aussi par plusieurs éco-gestes, comme :

  • ne pas laisser d’appareils électriques en veille ;
  • favoriser les transports en commun ou les modes de transports doux (vélos, trottinette) ;
  • réduire l’utilisation d’objets jetables (vaisselle, cosmétiques) et éviter le suremballage...

Grâce à ces initiatives, l’usage du nucléaire et des énergies fossiles pourra être progressivement réduit, jusqu’à disparaître totalement. Selon Négawatt, l’objectif de 100 % d’énergies renouvelables en France en 2050 n’est pas une utopie. La biomasse solide reste la première source de production d’énergie renouvelable, suivie de très près par l’éolien puis le photovoltaïque, lui-même suivi de très près par le biogaz ». Les bénéfices pour le pays seraient environnementaux bien entendu, mais se retrouveraient aussi dans la qualité de vie des Français avec une meilleure qualité de l’air, des sols et de l’eau. Les avantages pourraient aussi être économiques, avec une économie de 370 milliards d’euros sur la facture énergétique du pays et la création de 400 000 emplois liés aux énergies renouvelable et à la rénovation.

 

 

Pour aller plus loin

Sur le même thème