1992 est l’année de la création de l’Écolabel Européen (EE). Équipements multimédias, papiers absorbants ou encore campings : aujourd’hui plus de 38 000 produits et services sont labellisés. Pourquoi ce label a-t-il été mis en place ? Quels sont les bénéfices pour les consommateurs et les entreprises ?

Ecolabel Européen

L’Écolabel Européen : une histoire qui dure depuis 1992

L’Écolabel Européen a vu le jour en 1992. Seul label écologique officiel européen, il certifie la qualité environnementale des produits et services de grande consommation.

Les débuts de l’Écolabel

Dès 1992, la France a joué un rôle important dans le développement de l’Écolabel. Les pouvoirs publics français ont voulu mettre en place ce label pour certifier la fiabilité des informations inscrites sur les produits. Sa mise en place a également permis de répondre à une importante demande de transparence de la part des consommateurs. Les premières catégories des produits labellisés étaient :

  • Les lave-vaisselle et les lave-linge en 1993 ;
  • Les engrais naturels, le papier hygiénique, le papier cuisine et autres produits en papier absorbant à usage domestique en 1994 ;
  • Les lessives et les ampoules en 1994.

En 2017, la dernière catégorie de produits à être incluse dans la labellisation concerne les revêtements de sols en bois, liège et bambous.

Une multiplication des produits labellisés

De 2001 à 2004, la Commission Européenne et des organismes compétents ont travaillé de concert pour « industrialiser » la définition des critères d’attribution de ce label écologique européen. Leur but ? Accélérer la création de nouvelles catégories.

En 2003, le premier service apparaît parmi les catégories de l’Écolabel Européen : l’hébergement touristique. Aujourd’hui, ce sont 31 catégories de produits et de services qui peuvent recevoir ce label. 

Bon à savoir : les avancées environnementales et technologiques demandent à revoir régulièrement les critères d’attribution de l’EE.

L’Écolabel, un repère pour les consommateurs et les entreprises

L’Écolabel Européen présente de réels avantages à la fois pour les consommateurs et les entreprises. Quand, pour les premiers, la présence du petit logo rassure car il certifie un emploi minimum de substances dangereuses pour leur santé, les seconds profitent des critères d’attribution pour développer leurs produits.

Une certification rassurante côté acheteur

Visible et identique dans chaque pays de l’Union européenne et attribué par des experts indépendants, le logo de l’Écolabel permet aux consommateurs de repérer les produits ayant de faibles impacts sur l’environnement. Chaque produit certifié présente des avantages pour la santé et la planète comme :

  • Une faible utilisation de substances toxiques ;
  • Une consommation d’énergie contrôlée pour la fabrication.

De plus, choisir un produit labellisé ne coûte pas forcément plus cher.

Un atout indéniable pour les entreprises

Ce label écologique européen présente également de nombreux avantages pour les entreprises. Outre le fait de pouvoir profiter d’aides financières pour obtenir l’Écolabel, elles :

  • Disposent d’une réelle opportunité de marché dans toute l’Europe ;
  • Éco-conçoivent leurs produits ou leurs services selon des critères permettant de réduire les impacts environnementaux.

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) a réalisé en 2016 une évaluation de l’Écolabel auprès des entreprises françaises. Résultat : 70 % d’entre elles titulaires du label se disent prêtes à le recommander à leurs pairs.

 

Pour aller plus loin :

Sur le même thème